- le francoprovençal de Savoie -

Auteur/autrice : Lucas

Vous connaissez ? Pendent l’ôtone

Foire à l’ancienne à Saint-Antoine l’Abbaye

J – Salut Louis, la récolte est bonne ?
Adiô Louis, il at bien fêt ? (ORB)
Adyu Louyi, y a byê fé ? (Conflans)

L – Ah, pas tant ! Regarde, il n’y en a pas beaucoup ! Et toi, tu te balades ?
Ah, pas gouéro ! Gouéte, y en at pas de mouél ! Et tè, te tè balades ? (ORB)
Ah, pâ gwéro ! Gwét’, i ên’ a pâ d’mwé ! È tê, te tê balade ? (Conflans)

J – Je vais aux champignons. La saison est encore belle, j’espère trouver des morilles après l’orage qu’on a eu.
Vé a los champegnons. La sêson il est oncor bèla, j’èspèro trovar des morelyes aprés l’orâjo qu’il at yu. (ORB)
Vé à lo shampanyons. La saison y é onkō bèla, dz’èspèro trovâ dè morilye apré l’orazho ké y ayeû. (Conflans)

L – Ne m’en parle pas, j’ai encore un arbre qui est tombé à côté de l’étable.
Quèse-tè, j’é més un âbro qu’est tombâ a coutâ lo bouél. (ORB)
Kaiztè, zh’é mé on âbro k’é tonbâ akotâ lo beu. (Conflans)

J – Il n’y a pas de casse ?
Il at pouent de damâjo ? ? (ORB)
Ya pâ pwên de damazho ? (Conflans)

L – Non, heureusement. Vivement que le temps se calme !
Nan, herosament. Vivament que lo temps sè calmése ! (ORB)
Nan, éreuzamê. Vivamên’ k’lo tin sè kalméze ! (Conflans)

J – Rassure-toi, c’est bientôt la saison des soupes de légumes. D’ailleurs, j’ai quelques courges à te donner.
Rassura-tè, il est ben-tout la sêson des sopes de cortelyâjo. D’alyor, j’é quârques cudres a tè balyér. (ORB)
Rachura-tè, y é bintou la saizon dè spà d’kortlyazho. D’alyeur, j’é kâk keûrda à tè balyî. (Conflans)

L – Merci ! Je te mettrai des chataîgnes de côté. En attendant, je crois que tu peux dire adieu à tes morilles, regarde les nuages qui arrivent !
Marci ! Je tè betaré des chatêgnes de couté. D’icé lé, je crèyo que te pôs fére un trèt sur tes morélyes, regarde les nioles qu’arrèvont ! (ORB)
Marsi ! Tè btèrai dè shâtanye d’koûté. D’itchè lè, d’krèyo ktè pû fère on trè su té morilye, rgarda lè nyole k’arivon ! (Conflans)

J – Oh non, ça commence à tonner ! Rentrons avant qu’il ne se mette à pleuvoir !
Oh nan, cen sè bete a tonar ! Il est grant temps de rentrar avant qu’el plovésse ! (ORB)
O nan, cê sè ptè à tonâ ! Y è grin tin dè rintra avant k’é plyovèze ! (Conflans)

L – Je file. A bientôt le Jacques !
Je filo. A bentout lo Jaque ! (ORB)
Zhè filo. A bintou lo Zhäkyé ! (Conflans)

J – Au revoir, Louis !
A revér, Louis ! (ORB)
A rvi’ Louyi ! (Conflans)

Nota bene :

ORB : Les transcriptions selon l’orthographe globalisante pour le savoyard, entre autres réalisées grâce au traducteur en ligne Apertium puis sont réadaptées pour se rapprocher de la langue savoyarde.
Conflans : les transcriptions en graphie de Conflans sont réalisées grâce au Dictionnaire Français – Savoyard de Roger Viret

Vocabulèro [vokabuléro] :
• Lo cortelyâjo dens mon setor [lo kortlyazho din mon seteu]: les légumes (du jardin) dans mon cellier :
• Carota roge [karota rozhe]: betterave (carotte rouge)
• Couta [kuta]: blette (côte)
• Cuergèta [korjèta]: courgette
• Bolet [bolè] : bolet
• Chanterèla [shantrèla]: chantrelle
• Petiôt moniér [ptyou monî]: petit meunier
• Trompèta de môrt [tronpèta d’mo’]: trompette de la mort
• Tarteflla [tartifla]: pomme de terre. Il existe de nombreuses façons de désigner la pomme de terre, en fonction de sa forme par exemple, ou de sa préparation. On dit par exemple d’une petite patate qu’elle est une pétola [pètola].
• Y at ben fêt ? [y a byê fé ?]: la récolte a été bonne ? (litt. « ça en a bien fait ? »)
• Gouéro [gwéro]: guère
• Quèse-tè [kaiztè]: ne m’en parle pas (litt. « tais-toi »)

🖊 Lucas FREDERICH

Vous connaissez ? La musica !

Fête de la musique à Samoëns (photo : Lucas pour l’ILS)

A – Bonsoir !
Bôna nuet ! (ORB) / Bon vépro ! (ORB)
Bouna né ! (Conflans) / Bon vépr’ (Conflans)

B – Salut !
Adiô ! (ORB)
Adyu ! (Conflans)

A – Je vous ai écouté jouer toute à l’heure.
Vos é acutâ vioular puéte. (ORB)
Voz é ekutâ vyoulâ pwéte. (Conflans)

B – Ça vous a plu ?
Cen vos at plèsu ? (ORB)
Sê voz a plézu ? (Conflans)

A – Ah, oui ! Quel est cet instrument ?
Ah, ouè ! Quint est cet’ enstrument ? (ORB)
Â, wai ! Kint é s’t’ instruman ? (Conflans)

B – C’est un cor d’harmonie. Vous êtes musicien ?
Il est un côrn d’acôrd. Vos éte musicien ? (ORB)
Y é on kôr d’akor. Vo-z-éte muzichin ? (Conflans)

A – J’ai commencé à jouer de la guitare il y a quelques années, mais je ne trouve pas de groupe.
J’é betâ a menar de la guitâra y at quârques temps, mas je trôvo pas de benda. (ORB)
Zh’é ptâ à m’nâ d’la guitâra y a kâk tin, mé zhe trôvo pâ de bêda. (Conflans)

B – Ce soir des copains donnent un concert pour la fête de la musique. Vous devriez aller les voir, ils pourraient vous aider.
Ceti sêr, des copens balyont un concèrt por la féta de la musica. Vos devrâd alar los vêr, ils porrant vos édar ! (ORB)
Stè, dè kopin balyon on konsêr pè la féta d’la mus’ka. Vo dèvrâ alâ lo vai, ou poron vo-z-édâ ! (Conflans)

A – Bonne idée, merci beaucoup !
Bôna idê, grant-marci ! (ORB)
Bôna idé, gramassi ! (Conflans)

B – De rien, bonne soirée !
De ren, bôna vèprâ ! (ORB)
Dè rê, bouna vèprâ ! (Conflans)

A – A vous aussi, au revoir !
Tot-pariér, a revér, pas! (ORB)
Toparî, arvi pâ ! (Conflans)

Nota bene :
ORB : Les transcriptions selon l’orthographe globalisante pour le savoyard, entre autres réalisées grâce au traducteur en ligne Apertium
Conflans : les transcriptions en graphie de Conflans sont réalisées grâce au Dictionnaire Français – Savoyard de Roger Viret

Vocabulèro [vokabuléro] :
• Bôna nuet [bona né]: bonne nuit (salutation du soir)
• Adiô [adyu]: adieu (salutation familière)
• Côrn d’acôr [kor d’akôr]: cor d’harmonie (ou d’accord)
• Menar [menâ]: jouer d’un instrument en menant la danse
• Vioular [vyoulâ] : jouer d’un instrument (bourdonner)
• Benda [bêda]: un groupe de personnes (une bande)
• Copens [kopin]: des amis, des copains, des camarades
• Tot-pariér [toparî]: également, pareillement (tout pareil)
• Grant-marci [gramassi]: merci beaucoup (litt.: grand merci)
• A revér, pas [arvi pâ]: au revoir (litt.: au revoir, n’est-ce pas)

🖊 Lucas FREDERICH

Vous connaissez ? Jouyoses Pâques !

Cette année Pâques tombe le 18 avril, sur la fin des vacances scolaires. Vous allez le fêter ?
Ceti an Pâques chêt lo diéx-et-huét d’avril, sur la fin des vacances scolères de printemps. Vos alâd lo fétar ? (Apertium adapté)
St’an Pâke tonbe lo dizuit d’avri, à la fin des vakanse skoléra de printin. Allavo1 lo fétâ ? (Dictionnaire Viret)
Çti an, Pâques tombe lo diéx-et-huét d’avril, a la fin des vacances scolères de printemps. Alâd-vos lo fétar ? (ORB)

Oui, on ne rate jamais une année et, regarde, j’ai déjà acheté le chocolat !
Ouè, on rate jamés na anâ et, agouéte, j’é ja achetâ lo checolât ! (Apertium adapté)
Wai, on rate jamé un an pwé, argardo, j’é dézhà fêt inplyêta2 d’chokolà ! (Dictionnaire Viret)
Ouè, on rate jamés un an pués, regârda, j’é dejâ fêt l’empllèta de chocolât. (ORB)

Il y en a beaucoup ! Tu comptes faire un gâteau ?
O y en at brâvament ! Te comptes fâre un gâtél ? (Apertium adapté)
Y ên’ a plyin ! Te kontas fâre un gâtyô ? (Dictionnaire Viret)
Y en at pllen ! Te comptes fâre un gâtiô ? (ORB)

On prépare un goûter pour les enfants et ils iront à la chasse aux œufs. Et toi, tu as prévu quelque chose ?
On prèpare un gôtâ por los enfants et ils iront a la chace ux ôfs. Et tè, t’âs prèvu quârque-ren ? (Apertium adapté)
On prepare un goûtalè por los mossalyon3 pwé ils iront a la chasse uz wà. Et tè, t’âs prèparâ kâkrê ? (Dictionnaire Viret)
On prèpare un gôtalèt por los musselyons, pués ils iront a la chace ux uefs. Et tè, t’âs prèparâ quârque-ren ? (ORB)

Chez moi, on va suivre la tradition et faire comme quand j’étais petit.
Le matin, on ira faire nos pâques et puis on fera peindre des œufs de poule à mes petits-neveux.
Chiéz mè, on vat siuvre la tradicion et fâre coment quand j’éro petit.
Lo matin, on irat fâre noutros pâques et pués on ferat pindre des ôfs de polalye a mos petits(-)nevots.
(Apertium adapté)
Shi mai, on vat suivre la tradichon pwé fâre kmè kan j’étavo ptyou.
Lo matin, on irat fâre noutroz Pâke et pwé on ferat pindre déz wà de polalye a mos ptyou-nèvò. (Dictionnaire Viret)
Chiéz mè, on vat suivre la tradicion pués fâre coment quand j’étâvo petiôt.
Lo matin, on irat fâre noutros pâques et pués on ferat pindre des uefs de polalye a mos petiots-nevots.
(ORB)

Vocabulaire :

1Allavo : dans une question en arpitan savoyard, il  y a une inversion sujet-verbe. Le « vous » est alors collé au verbe. Alâd-vo (allez-vous) devient allavo.
2fêre inplyéta de kâkrê/fâre l’empllète de quarque ren : faire emplette de quelque chose, c’est-à-dire en acheter.
3Mossalyon / messalyon : « enfant à la mine futée, aux yeux pétillant de malice » (src : Dictionnaire R.Viret)
Les œufs en chocolat : los ôfs en checolât / léz wé d’chokolà / los uefs de chocolât
Lapin de Pâques : Lapin de Pâques / Lapin de Pâke / Lapin de Pâques
Les cloches : les clloches / les klyoshe / les clloçhe
Une poule : na genelye / na polalye / na polalye

🖊 Lucas FREDERICH