L’idê de fondar na comission sur los nèologismos at étâ èmetua l’an passâ, durent la rèorganisacion de noutra associacion. El sè fonde sur doux chalonges (dèfis) :

  • Balyér a noutra lengoua un vocabulèro modèrno, que manque ben sovent, vu que los mots que regârdont lo sèctor de la campagne sont de luen los més nombrox ;
  • Avantagiér una èvolucion convèrgenta du lèxico : se châque sèctor utilise sos prôpros mots por èxprimar les tècniques et les concèpts d’houé, nos risquens ben-setout de pas més nos comprendre. La situacion est spècialament grâva entre les règions enfluenciêes per lo francês et celes sot règimo italien : los empronts a doves lengoues dominantes difèrentes pôt mas-que conduire a de sèriox problèmos de comprèension.

De sûr il y arat tojorn des dialèctologos por nos dére que de tâles enfluences sont « naturèles », qu’o est franc ben que châque cârro èvolue de maniére endèpendenta… A cen on pôt rèpondre que nos refusens pas les èvolucions locales, mas que por nos l’entèrcomprèhension est primordiala, que noutra lengoua dêt coment les ôtres povêr montrar na cèrtêna unitât et per-lé que des fôrmes comenes dêvont ègzistar et étre cognessues de tôs, quand ben cèrtênes sont pas ou gouéro empleyêes u nivél local. Tot-un ceti nivél purament local est en vie de disparicion : hormis por la Vâl d’Aoûta, dens la plepârt des comenes los locutors sont pou nombrox et châcun tend a utilisar la lengoua avouéc des pèrsones gèograficament més ou muens luentènes, cen qu’est avantagiê per la via actuèla avouéc sos novéls môdos de dèplacement et de comunicacion.

Dês lo comencement  de ceti an 2022 na tropa que travalye sur los nèologismos at d’ense étâ dèpleyêe. El s’est rèunia en virtuèl tôs los seconds dejôs du mês, entre 18 h 30 et 20 h. Châcun fât ses rechèrches sur los tèmos proposâs, les rèunions sèrvont a na misa en comon et a des discussions sur des pouents particuliérs. Los participents vegnont ben sûr de la Savouè, mas asse-ben de Vôd, du Valês, de la Vâl d’Aoûta et nos povens en atendre d’ôtres règions. 

Nos proposens por lo moment doves pistes de travâly : un tèmo gènèral, en dèrriér sur los sports d’hivèrn, et un tèmo de fond : la mèlioracion de la programerie de traduccion Apertium (accèssibla dês ceti sito), ja franc recha mas a laquinta fôt aduire los mots que mancont quand on fât des traduccions de tèxtos que s’ocupont de l’actualitât.

Mas u fêt, t-o qu’o est un nèologismo ? En rèalitât o est u sens prod lârjo que nos pregnens ceti tèrmeno. Il s’agét donc pas solament de « mot novél », suposâ corrèspondre a un concèpt nôf, a na novèla tècnica, a un aparèly èlèctronico que vint de fâre son aparicion sur lo marchiê, a un fenomèno ou na môda que tot a côp fât furor… Por nos cen corrèspond a tot tèrmeno que fât dèfôt dens la pèrspèctiva d’una lengoua modèrna, capâbla de traduire los besouens de la via de tôs los jorns. Sovent lo mot est pas a enventar, il ègziste ja dens tâl ou tâl dialècto sot na fôrma franc gènèralisabla, tot-un fôt savêr lo trovar et lo proposar. O est por cen que nos fassens recllam a de novéls contributors, capâblos d’un travâly constructif et d’un engagement sotegnu.

Na suita en plusiors èpisodos devrêt étre balyêe a ceti articllo por èxposar l’avanciê de noutros travâlys et trètar de maniére concrèta quârques pouents particuliérs.

Commission néologismes

L’idée de fonder une commission sur les néologismes a été émise l’an passé, lors de la réorganisation de notre association. Elle se base sur deux défis :

  • Donner à notre langue un vocabulaire moderne, qui manque bien souvent, vu que les mots concernant le domaine agro-pastoral sont de loin les plus nombreux ;
  • Favoriser une évolution convergente du lexique : si chaque secteur utilise ses propres mots pour rendre compte de techniques et de concepts d’aujourd’hui, nous risquons bientôt de ne plus nous comprendre. La situation est particulièrement grave entre les régions influencées par le français et celles sous régime italien : les emprunts à deux langues dominantes différentes ne peut que conduire à de sérieux problèmes de compréhension.

Évidemment il y aura toujours des dialectologues pour nous dire que de telles influences sont « naturelles », que c’est très bien que chaque coin évolue de manière indépendante… A cela on peut répondre que nous ne refusons pas les évolutions locales, mais que pour nous l’intercompréhension est primordiale, que notre langue doit comme les autres pouvoir montrer une certaine unité et par là que des formes communes doivent exister et être connues de tous, même si certaines ne sont pas ou guère employées au niveau local. Par ailleurs ce niveau purement local est en voie de disparition : hormis au Val d’Aoste, dans la plupart des communes  les locuteurs sont peu nombreux et chacun tend à utiliser la langue avec des personnes géographiquement plus ou moins éloignées, ce qui est favorisé par la vie actuelle avec ses nouveaux modes de déplacement et de communication.

Depuis le début de cette année 2022 un groupe travaillant sur les néologismes a ainsi été mis en place. Il se réunit virtuellement tous les deuxièmes jeudis du mois, entre 18 h 30 et 20 h. Chacun fait ses recherches sur les thèmes proposés, les réunions servent à une mise en commun et à des discussions sur des points particuliers. Les participants viennent bien évidemment de Savoie, mais aussi de Vaud, du Valais, du Val d’Aoste et nous pouvons en attendre d’autres régions. 

Nous proposons pour l’instant deux pistes de travail : un thème général, dernièrement sur les sports d’hiver, et un thème de fond : l’amélioration du logiciel de traduction Apertium (accessible depuis ce site), déjà très riche mais auquel il faut apporter les mots qui manquent lorsqu’on effectue des traductions de textes traitant de l’actualité.

Mais au fait, qu’est-ce qu’un néologisme ? En réalité c’est au sens assez large que nous prenons ce terme. Il ne s’agit donc pas seulement de « mot nouveau », censé correspondre à un concept neuf, à une nouvelle technique, à un appareil électronique qui vient de faire son apparition sur le marché, à un phénomène ou une mode qui tout à coup fait fureur… Pour nous cela correspond à tout terme qui fait défaut dans la perspective d’une langue moderne, capable de traduire les besoins de la vie de tous les jours. Souvent le mot n’est pas à inventer, il existe déjà dans tel ou tel dialecte sous une forme très généralisable, encore faut-il savoir le trouver et le proposer. C’est pour cela que nous faisons appel à de nouveaux contributeurs, capables d’un travail constructif et d’un engagement soutenu.

Une suite en divers épisodes devrait être donnée à cet article, exposant l’avancée de nos travaux et traitant de manière concrète certains points particuliers.