(version en français plus bas 👇)

Dominique Stich est nèssu a Zürich d’un pâre suisso tuche et d’una mâre francêsa. Il at passâ son enfance a Brussèles et son adolèscence en Suisse Centrâla, cen que l’at conduit a aprendre plusiors lengoues dens cetos doux payis yô qu’on pârle asse-ben nêrlandês, alemand, italien, romanche…

Linguisto de formacion, il at ètudiyê plusiors ôtres lengoues eropèènes, et il s’est entèrèssiê ux noms de luè et ux lengoues règionales, cen que lui at pèrmês de presentar son D.E.A. sur la toponimie dens cetes lengoues.

Pués, èyent rèalisâ que la solèta lengoua règionala en payis francèyant qu’avêt pas d’ortografa supra-dialectala ére lo francoprovençâl, il at travalyê a fâre ceta sôrta d’ortografa avouéc los diccionèros, los tèxtos litèrèros et los atlâs linguisticos sur los três payis que cen regârde, d’abôrd dens « Parlons francoprovençal » (1998) dens una premiére fôrma apelâye Ortografa de Rèfèrence A (ORA), yô qu’il demandâve ux spècialistos les amèlyoracions qu’ils povant aportar, pués en 2003, aprés son doctorat, la vèrsion ORB dens lo « Dictionnaire francoprovençal-français et français- francoprovençal ».

Dês adonc, il at retranscrit en ORB a pou prés los doux tièrs de la litèratura francoprovençâla qu’on pôt trovar dens châcun des três payis. On porrat bentout liére una granta partia sur lo malyâjo.


Dominique Stich est né à Zürich d’un père suisse alémanique et d’une mère française. Il a passé son enfance à Bruxelles et son adolescence en Suisse Centrale, ce qui l’a conduit à apprendre plusieurs langues dans ces deux pays plurilingues.

Linguiste de formation, il a étudié plusieurs autres langues européennes, ensuite il s’est intéressé à la toponymie et aux langues régionales, ce qui lui a permis de présenter son D.E.A. sur la toponymie dans ces langues.

Puis, ayant réalisé que la seule langue régionale en pays francophone n’ayant pas d’orthographe supra-dialectale était le francoprovençal, il a travaillé à réaliser ce type d’orthographe à partir des dictionnaires, des textes littéraires et des atlas linguistiques sur les trois pays concernés, d’abord dans « Parlons francoprovençal Â» (1998) dans une première mouture appelée Orthographe de Référence A (ORA), où il demandait aux spécialistes les améliorations qu’ils pouvaient y apporter, puis en 2003, après son doctorat, la version ORB dans le « Dictionnaire francoprovençal-français et français- francoprovençal Â».

Depuis, il a retranscrit en ORB à peu près les deux tiers de la littérature francoprovençale disponible dans chacun des trois pays. Une grande partie devrait bientôt être disponible sur internet.

👈 revenir