Dèlfina avouéc son cusin Armand

A. : Adiô la Fina, se tot ‘l est prèsto por ceta nuet ?

D. : Oh nan l’Armand, je su mâre-solèta, j’é mémament pas prod de pâta por fâre les risôles, pués nion ‘l est alâ fâre les comissions.

A. : Agouéte vér, j’é aduit na brâva tronche, on vat la chavar, y betar de nouéx et de châtagnes, et pas oublar d’y vèrsar de la gnôla de proma devant que de la posar dens la chemenâ.

D. : Y vèrsar de la gnôla ? Mas la botelye ‘l est quâsi voueda, et te sâs atant que mè qui l’at bu.

A. : Bon, farat prod la Fina. Se je su ren vegnu que por fâre les comissions et mè fâre criticar, adonc je m’en modo. A un ôtro côp. Bônes Chalendes tot-pariér

D. : A ceta nuet l’Armand. On sât prod que te vâs revegnir !


Boune Shalinde to-pari (prononciation en « savoyard médian »)

Dèlfina awé son kuzin Arman

A. : Adieû la Fina, se to l’è prèsto pe sta né ?

D. : Oh nan l’Arman, zhe sé mâre-solèta, zh’é mimamin pâ preû de pâta pe fâre lé rzule, pwé nion l’è alâ fâre lé comichon.

A. : Awéte vi, zh’é adui na brâva tronshe, on va la shavâ, i betâ de nwé et de shâtagne, è pas oublâ d’i vèrsâ de la nyôla de pronma devan ke de la pozâ din la shmenâ.

D. : I vèrsâ de la nyôla ? Ma la botolye l’è kazu weda, è te sâ atan ke mè kwi l’a bu.

A. : Bon, fara preû la Fina. Se zhe sé rin vnyu ke pe fâre lé comichon è mè fâre kritikâ, adon zhe m’in modo. A on-n’ âtro kou. Boune Shalinde to-pari.

D. : A sta né l’Arman. On sâ preû ke te vâ revnyi !


Joyeux Noël quand même

Delphine et son cousin Armand

A : Salut Delphine, est-ce que tout est prêt pour ce soir ?

D : Oh non Armand, je suis toute seule, je n’ai même pas assez de pâte pour faire les rissoles, et personne n’est allé faire les courses.

A : Regarde, j’ai apporté une jolie bûche, on va la creuser, y mettre des noix et des châtaignes, et ne pas oublier d’y verser de l’eau-de-vie de prune avant de la mettre dans la cheminée.

D : Y verser de l’eau-de-vie ? Mais la bouteille est presque vide, et tu sais autant que moi qui l’a bue.

A : Bon, ça suffit Delphine. Si je ne suis venu rien que pour faire les courses et me faire critiquer, alors je m’en vais. À une autre fois. Joyeux Noël quand même.

D. À ce soir Armand. On sait bien que tu vas revenir !

Notes :

Chalendes (Noël) est féminin pluriel. Cf occitan Calendas.

Traditionnellement, au moins dans la conversation, devant tous les prénoms féminins ainsi que devant les prénoms masculins commençant par une voyelle, on emploie l’article défini (la, l’). Par ailleurs les diminutifs sont très courants.