- le francoprovençal de Savoie -

Catégorie : Articles Page 1 of 5

Colloque de La FLAREP

Former de nouveaux enseignants de langues régionales

Le groupe traditionnel Barzaz lors d’un fest-noz donné pour l’occasion

C’est à Rennes que vient de se terminer le 36ème colloque de la FLAREP, la Fédération pour les LAngues Régionales dans l’Enseignement Public. L’association des enseignants de Savoyard / Francoprovençal y participait et Savoué Ecula 2, la fédération des associations de parents d’élèves pour l’enseignement bilingue français / savoyard y était représentée.

Les représentants des langues de France à l’oeuvre dans l’hémicycle du Conseil Régional de Bretagne

Durant trois jours, les représentants des langues de France ont travaillé sur les modalités à mettre en place pour être en conformité avec la loi du 21 mai 2021 « relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion », dite loi Molac. Car même en Bretagne ou dans l’espace occitan, où des centaines d’enseignants sont déjà en poste, leur nombre ne suffit plus pour « proposer l’enseignement à tous les élèves ».

Marc Bron, président de l’AES, expliqua que le besoin était encore plus crucial en Savoie, depuis la reconnaissance du « Francoprovençal » par le ministère de l’Education nationale. 

Loïg Chesnais-Girard (président de la Région Bretagne)
et Marc Bron (président de l’AES)

C’est dans l’hémicycle du Conseil Régional de Bretagne que les travaux ont été ouverts par le député Paul Molac, la première séance étant conclue par le président du conseil régional Loïg Chesnais-Girard.  Il fut rappelé que les élèves issus des enseignements bilingues obtenaient de meilleurs résultats que ceux suivant l’enseignement classique monolingue. C’est pourquoi plusieurs régions possèdent un office public pour leur langue. L’État, la région, des départements, des communes s’y concertent pour agir. Les collectivités sont attentives à ce que l’Etat ne se décharge pas de ses responsabilités sur elles. Il est ainsi apparu qu’il était nécessaire que la région Auvergne-Rhône-Alpes mette en place un office linguistique prenant comme dans les autres régions la forme d’un groupement d’intérêt public pour le francoprovençal.

🖊 Marc BRON

Vesita de la linguista Anja Mitschke

Benda de Savoyârds avouéc Anja Mitsche (fèna blonda u méten, justo dèrriér lo grant drapél) a Chêna-les-Frasses (Arbanês) lo 9 d’octobro 2022 (l’ôtor de la fotô vôt rèstar anonimo !).

Anja Mitschke ‘l est na jouena linguista de l’univèrsitât de Bèrlin. Le s’est spècialisâye dens les lengoues romanes et s’entèrèsse ora u francoprovençâl / arpetan. Son activitât o est un travâly sur lo tèrren, u cors duquint l’at encontrâ un grant nombro de gens de tôs los ajos que prèjont la lengoua a des nivéls franc difèrents ou sant simplament entèrèssiês. Anja engance1 des ôdiances en téta a téta, pendent lesquintes le fât na renche de demandes a son entèrlocutor, rapôrt en particuliér a sa pratica linguistica (mémament d’ôtres parlures) et sa vision de la lengoua. Tot ‘l est encartâ2, lo tèmouen ‘l at ren a ècrire. Anja at de sûr encontrâ en tot na centêna de pèrsones, surtot en Piemont, Vâl d’Aousta, Brêsse et Suisse romanda. Pués asse-ben en Savouè, yô que l’est vegnua doux côps, en julyèt pués en octobro de ceti an. Durent les doves vesites, o est Thierry Dupassieux, de Chêna-les-Frasses, qu’at engenciê lo més d’encontres, surtot diens son hotâl. D’ense des diézênes de Savoyârds ant pu étre consultâs. Y at mémament avu des articllos en julyèt diens des jornâls du cârro. Avouéc totes celes entrevues, Anja vat ècrire sa tèsa, en alemand mas on pôt atendre quârques pâges de rèsumâ en francês, que noutron enstitut devrêt povêr publeyér.

Notes :

1 enganciér : organisar

2 encartar : (en)registrar

🖊 Alen FAVRO

L’actualité des groupes

Comme vous le savez, nous permettons aux groupes locaux de nous donner de leurs nouvelles et ainsi de les valoriser dans l’infolettre.

Nous remercions alors :

  • Michel Meynet du groupe Lou R’venien de Pinta d’Iouâ de Bellevaux
  • Jean-Yves Vonin, président du groupe Le Patois du Salève

Lou R’venien de Pinta d’Iouâ de Bellevaux

Samedi 5 et dimanche 6 novembre
Soirée et après-midi repas-spectacle à la salle des fêtes de Bellevaux.
Réservation par téléphone auprès de François Meynet-Meunier
06 08 87 56 54

Mardi 3 novembre soir à 17h
Une initiation à la langue savoyarde sera proposée aux élèves de 6ème du collège Notre Dame de Bellevaux. Il y a une dizaine d’inscrits.

Le patois du Salève

Les membres du groupe du Patois du Salève ont repris les répétitions de chants. Ils seront également en représentation à ces dates :

Dimanche 13 novembre
Représentation au théâtre de Cruseilles

Dimanche 20 novembre
Représentation à Groisy

Dimanche 27 novembre
Représentation à Évires

🖊 Franck MONOD

Des cours de savoyard à l’ILS

Depuis de nombreuses années, des cours de savoyards sont dispensés à l’Institut de la Langue Savoyarde. Ils ont lieu en général une fois par mois et sont assurés par Marc BRON, vice-président de l’ILS. Tout le monde est accepté, quelques soient les connaissances linguistiques. Ils sont gratuits.
La cotisation à l’ILS est fixée à 15 euros pour l’année 2023. Les cours ont lieu le vendredi soir.


Le 1 er cours de cette nouvelle année scolaire s’est déroulé le 7 octobre. Si vous n’avez pu y être, sachez que vous pourrez participer au prochain cours qui aura lieu le vendredi 4 novembre 2022 à 20 heures 30, au siège de l’Institut situé 280 route vieille, au 1 er étage de la mairie d’Habère-Lullin.


Veni pi, on sara boun aise de causâ na mitta nutra lengua avoué vos !

🖊 Marc BRON

Vous connaissez ? Pendent l’ôtone

Foire à l’ancienne à Saint-Antoine l’Abbaye

J – Salut Louis, la récolte est bonne ?
Adiô Louis, il at bien fêt ? (ORB)
Adyu Louyi, y a byê fé ? (Conflans)

L – Ah, pas tant ! Regarde, il n’y en a pas beaucoup ! Et toi, tu te balades ?
Ah, pas gouéro ! Gouéte, y en at pas de mouél ! Et tè, te tè balades ? (ORB)
Ah, pâ gwéro ! Gwét’, i ên’ a pâ d’mwé ! È tê, te tê balade ? (Conflans)

J – Je vais aux champignons. La saison est encore belle, j’espère trouver des morilles après l’orage qu’on a eu.
Vé a los champegnons. La sêson il est oncor bèla, j’èspèro trovar des morelyes aprés l’orâjo qu’il at yu. (ORB)
Vé à lo shampanyons. La saison y é onkō bèla, dz’èspèro trovâ dè morilye apré l’orazho ké y ayeû. (Conflans)

L – Ne m’en parle pas, j’ai encore un arbre qui est tombé à côté de l’étable.
Quèse-tè, j’é més un âbro qu’est tombâ a coutâ lo bouél. (ORB)
Kaiztè, zh’é mé on âbro k’é tonbâ akotâ lo beu. (Conflans)

J – Il n’y a pas de casse ?
Il at pouent de damâjo ? ? (ORB)
Ya pâ pwên de damazho ? (Conflans)

L – Non, heureusement. Vivement que le temps se calme !
Nan, herosament. Vivament que lo temps sè calmése ! (ORB)
Nan, éreuzamê. Vivamên’ k’lo tin sè kalméze ! (Conflans)

J – Rassure-toi, c’est bientôt la saison des soupes de légumes. D’ailleurs, j’ai quelques courges à te donner.
Rassura-tè, il est ben-tout la sêson des sopes de cortelyâjo. D’alyor, j’é quârques cudres a tè balyér. (ORB)
Rachura-tè, y é bintou la saizon dè spà d’kortlyazho. D’alyeur, j’é kâk keûrda à tè balyî. (Conflans)

L – Merci ! Je te mettrai des chataîgnes de côté. En attendant, je crois que tu peux dire adieu à tes morilles, regarde les nuages qui arrivent !
Marci ! Je tè betaré des chatêgnes de couté. D’icé lé, je crèyo que te pôs fére un trèt sur tes morélyes, regarde les nioles qu’arrèvont ! (ORB)
Marsi ! Tè btèrai dè shâtanye d’koûté. D’itchè lè, d’krèyo ktè pû fère on trè su té morilye, rgarda lè nyole k’arivon ! (Conflans)

J – Oh non, ça commence à tonner ! Rentrons avant qu’il ne se mette à pleuvoir !
Oh nan, cen sè bete a tonar ! Il est grant temps de rentrar avant qu’el plovésse ! (ORB)
O nan, cê sè ptè à tonâ ! Y è grin tin dè rintra avant k’é plyovèze ! (Conflans)

L – Je file. A bientôt le Jacques !
Je filo. A bentout lo Jaque ! (ORB)
Zhè filo. A bintou lo Zhäkyé ! (Conflans)

J – Au revoir, Louis !
A revér, Louis ! (ORB)
A rvi’ Louyi ! (Conflans)

Nota bene :

ORB : Les transcriptions selon l’orthographe globalisante pour le savoyard, entre autres réalisées grâce au traducteur en ligne Apertium puis sont réadaptées pour se rapprocher de la langue savoyarde.
Conflans : les transcriptions en graphie de Conflans sont réalisées grâce au Dictionnaire Français – Savoyard de Roger Viret

Vocabulèro [vokabuléro] :
• Lo cortelyâjo dens mon setor [lo kortlyazho din mon seteu]: les légumes (du jardin) dans mon cellier :
• Carota roge [karota rozhe]: betterave (carotte rouge)
• Couta [kuta]: blette (côte)
• Cuergèta [korjèta]: courgette
• Bolet [bolè] : bolet
• Chanterèla [shantrèla]: chantrelle
• Petiôt moniér [ptyou monî]: petit meunier
• Trompèta de môrt [tronpèta d’mo’]: trompette de la mort
• Tarteflla [tartifla]: pomme de terre. Il existe de nombreuses façons de désigner la pomme de terre, en fonction de sa forme par exemple, ou de sa préparation. On dit par exemple d’une petite patate qu’elle est une pétola [pètola].
• Y at ben fêt ? [y a byê fé ?]: la récolte a été bonne ? (litt. « ça en a bien fait ? »)
• Gouéro [gwéro]: guère
• Quèse-tè [kaiztè]: ne m’en parle pas (litt. « tais-toi »)

🖊 Lucas FREDERICH

Vous connaissez ? La musica !

Fête de la musique à Samoëns (photo : Lucas pour l’ILS)

A – Bonsoir !
Bôna nuet ! (ORB) / Bon vépro ! (ORB)
Bouna né ! (Conflans) / Bon vépr’ (Conflans)

B – Salut !
Adiô ! (ORB)
Adyu ! (Conflans)

A – Je vous ai écouté jouer toute à l’heure.
Vos é acutâ vioular puéte. (ORB)
Voz é ekutâ vyoulâ pwéte. (Conflans)

B – Ça vous a plu ?
Cen vos at plèsu ? (ORB)
Sê voz a plézu ? (Conflans)

A – Ah, oui ! Quel est cet instrument ?
Ah, ouè ! Quint est cet’ enstrument ? (ORB)
Â, wai ! Kint é s’t’ instruman ? (Conflans)

B – C’est un cor d’harmonie. Vous êtes musicien ?
Il est un côrn d’acôrd. Vos éte musicien ? (ORB)
Y é on kôr d’akor. Vo-z-éte muzichin ? (Conflans)

A – J’ai commencé à jouer de la guitare il y a quelques années, mais je ne trouve pas de groupe.
J’é betâ a menar de la guitâra y at quârques temps, mas je trôvo pas de benda. (ORB)
Zh’é ptâ à m’nâ d’la guitâra y a kâk tin, mé zhe trôvo pâ de bêda. (Conflans)

B – Ce soir des copains donnent un concert pour la fête de la musique. Vous devriez aller les voir, ils pourraient vous aider.
Ceti sêr, des copens balyont un concèrt por la féta de la musica. Vos devrâd alar los vêr, ils porrant vos édar ! (ORB)
Stè, dè kopin balyon on konsêr pè la féta d’la mus’ka. Vo dèvrâ alâ lo vai, ou poron vo-z-édâ ! (Conflans)

A – Bonne idée, merci beaucoup !
Bôna idê, grant-marci ! (ORB)
Bôna idé, gramassi ! (Conflans)

B – De rien, bonne soirée !
De ren, bôna vèprâ ! (ORB)
Dè rê, bouna vèprâ ! (Conflans)

A – A vous aussi, au revoir !
Tot-pariér, a revér, pas! (ORB)
Toparî, arvi pâ ! (Conflans)

Nota bene :
ORB : Les transcriptions selon l’orthographe globalisante pour le savoyard, entre autres réalisées grâce au traducteur en ligne Apertium
Conflans : les transcriptions en graphie de Conflans sont réalisées grâce au Dictionnaire Français – Savoyard de Roger Viret

Vocabulèro [vokabuléro] :
• Bôna nuet [bona né]: bonne nuit (salutation du soir)
• Adiô [adyu]: adieu (salutation familière)
• Côrn d’acôr [kor d’akôr]: cor d’harmonie (ou d’accord)
• Menar [menâ]: jouer d’un instrument en menant la danse
• Vioular [vyoulâ] : jouer d’un instrument (bourdonner)
• Benda [bêda]: un groupe de personnes (une bande)
• Copens [kopin]: des amis, des copains, des camarades
• Tot-pariér [toparî]: également, pareillement (tout pareil)
• Grant-marci [gramassi]: merci beaucoup (litt.: grand merci)
• A revér, pas [arvi pâ]: au revoir (litt.: au revoir, n’est-ce pas)

🖊 Lucas FREDERICH

22émo Concors Constantin et Désormaux

Garçons dans une classe – Julie de Graag, via Rawpixel Ltd.

Ceti concors que regârde los difèrents nivéls des ècoules est lo paralèlo savoyârd du Concors Cerlogne de la Vâl d’Aoûta. Y at asse-ben na vèrsion piemontêsa (concors EFFEPI). D’ense ècoules, coléjos et possiblament licês aprèstont durent la sêson d’ècoula un travâly de rechèrche ou na ficcion sur un tèmo comon. Ceti an il s’agéssêt des sonjos, des étres envisiblos et des rècits fantasticos.

L’encontra des difèrents participents savoyârds s’est tenua a l’ôditorion de Chavanôd, de-coute Ènneci, demârs 17 de mê. Châque cllâsse presentâve yena ou plusiors scènes. U nivél èlèmentèro ant participâ l’ècoula de la Chapèla-Rambôd (cllâsse unica) et l’ècoula d’Èxcenevê-Èvouère (cllâsses de Mmes Gobber et Treboux). Por lo segondèro los doux coléjos de Bouèjo et Sant-Jouère ant participâ châcun en bloque, sen distinccion de cllâsses. Un licêen at presentâ un tèxto.

Los premiérs prix ant étâ acordâs a la cllâsse de Mma Treboux et u coléjo de Bouèjo. Lo chouèx at pas étâ ésiê, tôs aviant fêt des èforts de grant mèrito, d’ense d’ôtros prix (règie, tradicion, émaginacion) ant étâ atribuâs.

Quintes remârques d’ôrdre gènèral on pôt fâre ? D’abôrd que la mèmorisacion des rebreques ére des côps dificila, mas des èlèvos malâdos ant dû étre remplaciês per d’ôtros u dèrriér moment. U nivél de la lengoua on at remarcâ des dificultâts por cèrtins jouenos de ben placiér l’accent tonico. Sêt la finala atona ére oublâye, sêt arriér-més l’accent ére placiê sur ceta-ce.

Cen dit, fôt fèlicitar tôs los participents, èlèvos, règents, entèrvenents patouesans et parents. On pôt èsperar qu’avouéc la tota frèche recognessence de noutra lengoua per l’èducacion nacionâla, més d’èlèvos porront étre regardâs, avouéc un temps més important dèdiê a la lengoua.

Adonc grant-marci a tôs, y comprês a la municipalitât de Chavanôd, por ceta franc bèla jornâ, et a l’an que vint.

🖊 Alen FAVRO, prèsident du juri

Notre langue savoyarde

Notre langue savoyarde de Jean-François Grivel-Delillaz de l’association La Sêranne

1
Il est bien loin le temps des premiers souvenirs,
Je n’étais qu’un enfant devant son avenir,
J’entends encore mon père dans un autre langage
Il parlait à ma mère et tous ceux du village.
Je ne comprenais pas me demandant pourquoi ?
C’était bien une langue ils l’appelaient patois,
Je n’avais pas le droit de m’exprimer comme ça,
Fallait parler français je n’avais pas le choix !

REF.
Parlons de notre langue pour ne pas l’oublier,
La langue des Savoyards qui l’ont toujours parlée.
Elle offre des trésors à qui sait l’écouter
Sûr’ment bien plus encore à qui sait la parler.
2
T’as quitté les maisons on t’a tourné le dos
Et effacé ton nom pour fermer le rideau.
Tu n’as plus la parole depuis bien des années
Mise dehors de l’école comme une condamnée.
Comme l’arbre que l’on coupe tes racines sont restées
Aujourd’hui les rbiolons ne demandent qu’à pousser.
Pas facile à parler mais facile à comprendre
Au fil des années j’ai fini par t’apprendre !
3
Nous sommes tous du pays de ceux qui l’ont parlé
Nous sommes tous du pays de ceux qui l’ont aimé.
Il nous faut la défendre c’est une combattante, (elle est si attachante)
A tous il faut l’apprendre pour qu’elle reste vivante !
Ce petit grain de vie qui ne veut pas mourir.
Ce petit grain de vie qui ne doit pas mourir !
Parlons le Savoyard notre langue maternelle
Non ce n’est pas trop tard pour nous c’est la plus belle !

🖊 Jean-François D’lile de l’association La Sêranne le 17.06.2021

Billy Fumey, chanteur-compositeur francoprovençal à l’Eurovision des langues régionales

Le 13 mai 2022, dans le village de Tønder dans le sud du Danemark, des chanteur(euse)s de toute l’Europe s’étaient réuni(e)s pour un festival de musique. Non, ce n’était pas l’Eurovision, qui passait à la télévision la même semaine, mais plutôt le Liet International, un festival de chants en langues régionales et minoritaires. L’édition 2022 marqua le dixième anniversaire du festival, avec treize participant(e)s chantant en langues différentes, notamment le corse, le sami, le tyrolien du sud, et notre bien aimé francoprovençal (arpitan), parmi d’autres.

Billy Fumey en 2016 (source : Auvé73 pour Wikipédia)

Billy Fumey, compositeur-chanteur franc-comtois, représenta la région de Rhône-Alpes et Franche-Comté cette année tout comme en 2018, en chantant dans son dialecte francoprovençal. Sa chanson, intitulée « U Port Titi », nous parle d’une histoire d’amour qui s’est déroulée à Port Titi sur les rives du lac de Saint-Point (Doubs), au sud de Pontarlier. Selon son interview avec France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Billy s’est toujours inspiré de la beauté de sa région.

Malgré le fait que le Liet International est officiellement une compétition, l’esprit compétitif est mis de côté et un esprit d’amitié prend une place plus importante. Pour Billy Fumey, un esprit compétitif est plus noisif qu’autre chose.

« Je n’aurai ni concurrents ni concurrentes sur scène, j’aurai que des amis. », dit-il dans son interview.

Ce festival exceptionnel a même fait l’objet d’un article du New York Times, un journal proéminant des États-Unis.

The folk musician Billy Fumey strode onstage friday night in the quaint market town in rural Denmark and launched into a intens love song in the endangered language of francoprovençal. As he belted out a lirycal description of hair blowing in the wind – « kma tsékion de tèt frisons da l’oura lèdzira » – few of 500-strong audience had any idea what he was singing about, but it didn’t seem to matter. When the yodeling-heavy track came to an end, the crowd clapped wildly, anyway.

Marshal, A. (14 May 2022). Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest. New York Times.

« Le musicien folk Billy Fumey est monté sur scène vendredi soir dans le bourg pittoresque du Danemark rural et s’est lancé dans une chanson d’amour intense dans la langue en voie de disparition du francoprovençal. Alors qu’il chantait une description lyrique de cheveux au vent – « kma tsékion de tèt frisons da l’oura lèdzira » – peu de spectateurs parmi les 500 avaient la moindre idée de ce qu’il chantait, mais cela ne semblait pas avoir d’importance . Lorsque la piste chargée de yodel s’est terminée, la foule a quand même applaudi sauvagement. »

Traduction de Billy Fumey. Marshal, A. (14 mai 2022). Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest. New York Times.

Lire plus (en anglais) : Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest.

Vêr et acutar més :

Billy Fumey chant Port Titi à l’Eurovision des langues régionales

Billy Fumey au Liet International

Billy Fumey – U Port Titi – Folk Franc-Comtois

Na traduccion diens nouthra lengoua:

Lo 12 de mê 2022, diens lo velâr de Tønder, diens lo mijorn du Danemârc, des chantors et chantoses de tota l’Eropa s’étiont amassâs por un festival de musica. Nan, il étêt pas l’Eurovision, que passave a la tèlèvision la méma senanna, mas pletout lo Liet International, un festival de chants en lengoues règionales et minoritères. L’èdicion 2022 marcat adonc lo dixiémo anivèrsèro du festival, avouéc trèze participant(e)s que chantont diens de lengoues difèrentes, coment lo corso, lo samo, lo tirolien du mijorn, et la noutra lengoua: lo francoprovençal (l’arpetan), entre-mié d’ôtres.

Billy Fumey, composior-chantor comtês, representat la règion de Rôno-Ârpes et Franche-Comtât cet’ an tot coment en 2018, en chantent diens son dialècto de lengoua francoprovençâla (arpetana). Sa chançon, qu’at coment titro « U Pôrt Titi », nos prège de na histouère d’âmor que s’est passâye u Pôrt Titi sus les rives du lèc de vers Sent-Pouent (Dubs), u mijorn de Pontarliér.

D’aprés son entrevua avouéc France 3 Borgogne-Franche-Comtât, Billy s’est pués tot-lo-long enspirâ de la biôtât de sa règion.

Mâlgrât lo fêt que lo Liet Entèrnacionâl est oficièlament na compèticion, l’èsprit compètitif ‘l est betâ de cârro et un èsprit d’amitiât prend pués na place més importanta. Por Billy Fumey, un èsprit compètitif est més nouèsif qu’ôtra chousa.

« J’aré pouent de rivâls ou de rivâles sus scèna, j’aré solament des amis. », desêt-il diens son entrevua.

🖊 Jonathan DAMARY

Le « monchû » fait son entrée dans le dictionnaire

Le dictionnaire Larousse a dévoilé la liste des 150 nouveaux mots qui intégreront son édition 2023.

Un mot a attiré l’attention: il s’agit de « monchû ». Selon le dictionnaire Larousse il signifie « vacancier en quête d’air pur (Parisien), qui séjourne dans les Alpes et dont on raille souvent la maladresse, l’accoutrement, voire la méconnaissance des usages locaux ».

Nous sommes heureux de voir que le savoyard influence la langue française.

Le présentateur savoyard Yann Barthes présente le mot « Monchu » aux spectateurs.

L’Institut de la Langue Savoyarde (ILS) souhaite répondre aux différents articles de presse à ce sujet:

Une citation lue sur les sites internet de France 3, Le Messager, Le Point, Radio Mont-Blanc, etc…

Le mot monchû n’est pas « un mélange de français, d’italien et de patois local » comme certains le prétendent, mais il vient du savoyard, le nom donné aux dialectes de la langue francoprovençale (ou arpitane) parlés en Savoie. Notre langue est une langue latine propre et nous regrettons que certaines plateformes d’information (notamment savoyardes) ne le sachent pas. Le savoyard est aussi localement appelé « patois » par ses locuteurs.

« On voit souvent dans les dictionnaires que les étymologies des mots d’origine savoyarde renvoient au provençal, à l’occitan, à l’ancien français ou au romand. Notre langue est souvent ignorée consciemment ou inconsciemment, malgré le fait que notre langue soit décrite en linguistique depuis 1873 et reconnue par les linguistes du monde entier. » regrette Roger Viret, qui est aussi éditeur d’un dictionnaire français-savoyard.

« L’étymologie est le mot savoyard ‘monsior, dont « monchû » est une prononciation populaire. Ce mot est désormais bien connu aussi dans le français régional, le français tel qu’il est parlé en Savoie. Les personnes qui ne parlent pas savoyard mais qui habitent en Savoie connaissent aussi ce mot. » explique Arnaud Frasse, le président de l’ILS.

« Le sens que donne Larousse n’est pas le sens premier du mot « Monchû ». Le premier sens est à savoir « Monsieur » et s’appliquait lorsqu’on s’adressait à une personne importante, comme le curé par exemple. Parfois, cela s’appliquait aussi aux messieurs des grandes villes qui venaient visiter nos villages en tant que touristes. Pour les personnes qui ne parlent pas notre langue, il semble que ce sens soit désormais prédominant dans la perception populaire. » raconte Marc Bron, professeur de langue savoyarde.

Nous remercions France Bleu Pays de Savoie de nous avoir contactés pour commenter l’actualité.

Page 1 of 5