- le francoprovençal de Savoie -

Catégorie : Articles Page 1 of 5

Vous connaissez ? La musica !

Fête de la musique à Samoëns (photo : Lucas pour l’ILS)

A – Bonsoir !
Bôna nuet ! (ORB) / Bon vépro ! (ORB)
Bouna né ! (Conflans) / Bon vépr’ (Conflans)

B – Salut !
Adiô ! (ORB)
Adyu ! (Conflans)

A – Je vous ai écouté jouer toute à l’heure.
Vos é acutâ vioular puéte. (ORB)
Voz é ekutâ vyoulâ pwéte. (Conflans)

B – Ça vous a plu ?
Cen vos at plèsu ? (ORB)
Sê voz a plézu ? (Conflans)

A – Ah, oui ! Quel est cet instrument ?
Ah, ouè ! Quint est cet’ enstrument ? (ORB)
Â, wai ! Kint é s’t’ instruman ? (Conflans)

B – C’est un cor d’harmonie. Vous êtes musicien ?
Il est un côrn d’acôrd. Vos éte musicien ? (ORB)
Y é on kôr d’akor. Vo-z-éte muzichin ? (Conflans)

A – J’ai commencé à jouer de la guitare il y a quelques années, mais je ne trouve pas de groupe.
J’é betâ a menar de la guitâra y at quârques temps, mas je trôvo pas de benda. (ORB)
Zh’é ptâ à m’nâ d’la guitâra y a kâk tin, mé zhe trôvo pâ de bêda. (Conflans)

B – Ce soir des copains donnent un concert pour la fête de la musique. Vous devriez aller les voir, ils pourraient vous aider.
Ceti sêr, des copens balyont un concèrt por la féta de la musica. Vos devrâd alar los vêr, ils porrant vos édar ! (ORB)
Stè, dè kopin balyon on konsêr pè la féta d’la mus’ka. Vo dèvrâ alâ lo vai, ou poron vo-z-édâ ! (Conflans)

A – Bonne idée, merci beaucoup !
Bôna idê, grant-marci ! (ORB)
Bôna idé, gramassi ! (Conflans)

B – De rien, bonne soirée !
De ren, bôna vèprâ ! (ORB)
Dè rê, bouna vèprâ ! (Conflans)

A – A vous aussi, au revoir !
Tot-pariér, a revér, pas! (ORB)
Toparî, arvi pâ ! (Conflans)

Nota bene :
ORB : Les transcriptions selon l’orthographe globalisante pour le savoyard, entre autres réalisées grâce au traducteur en ligne Apertium
Conflans : les transcriptions en graphie de Conflans sont réalisées grâce au Dictionnaire Français – Savoyard de Roger Viret

Vocabulèro [vokabuléro] :
• Bôna nuet [bona né]: bonne nuit (salutation du soir)
• Adiô [adyu]: adieu (salutation familière)
• Côrn d’acôr [kor d’akôr]: cor d’harmonie (ou d’accord)
• Menar [menâ]: jouer d’un instrument en menant la danse
• Vioular [vyoulâ] : jouer d’un instrument (bourdonner)
• Benda [bêda]: un groupe de personnes (une bande)
• Copens [kopin]: des amis, des copains, des camarades
• Tot-pariér [toparî]: également, pareillement (tout pareil)
• Grant-marci [gramassi]: merci beaucoup (litt.: grand merci)
• A revér, pas [arvi pâ]: au revoir (litt.: au revoir, n’est-ce pas)

🖊 Lucas FREDERICH

22émo Concors Constantin et Désormaux

Garçons dans une classe – Julie de Graag, via Rawpixel Ltd.

Ceti concors que regârde los difèrents nivéls des ècoules est lo paralèlo savoyârd du Concors Cerlogne de la Vâl d’Aoûta. Y at asse-ben na vèrsion piemontêsa (concors EFFEPI). D’ense ècoules, coléjos et possiblament licês aprèstont durent la sêson d’ècoula un travâly de rechèrche ou na ficcion sur un tèmo comon. Ceti an il s’agéssêt des sonjos, des étres envisiblos et des rècits fantasticos.

L’encontra des difèrents participents savoyârds s’est tenua a l’ôditorion de Chavanôd, de-coute Ènneci, demârs 17 de mê. Châque cllâsse presentâve yena ou plusiors scènes. U nivél èlèmentèro ant participâ l’ècoula de la Chapèla-Rambôd (cllâsse unica) et l’ècoula d’Èxcenevê-Èvouère (cllâsses de Mmes Gobber et Treboux). Por lo segondèro los doux coléjos de Bouèjo et Sant-Jouère ant participâ châcun en bloque, sen distinccion de cllâsses. Un licêen at presentâ un tèxto.

Los premiérs prix ant étâ acordâs a la cllâsse de Mma Treboux et u coléjo de Bouèjo. Lo chouèx at pas étâ ésiê, tôs aviant fêt des èforts de grant mèrito, d’ense d’ôtros prix (règie, tradicion, émaginacion) ant étâ atribuâs.

Quintes remârques d’ôrdre gènèral on pôt fâre ? D’abôrd que la mèmorisacion des rebreques ére des côps dificila, mas des èlèvos malâdos ant dû étre remplaciês per d’ôtros u dèrriér moment. U nivél de la lengoua on at remarcâ des dificultâts por cèrtins jouenos de ben placiér l’accent tonico. Sêt la finala atona ére oublâye, sêt arriér-més l’accent ére placiê sur ceta-ce.

Cen dit, fôt fèlicitar tôs los participents, èlèvos, règents, entèrvenents patouesans et parents. On pôt èsperar qu’avouéc la tota frèche recognessence de noutra lengoua per l’èducacion nacionâla, més d’èlèvos porront étre regardâs, avouéc un temps més important dèdiê a la lengoua.

Adonc grant-marci a tôs, y comprês a la municipalitât de Chavanôd, por ceta franc bèla jornâ, et a l’an que vint.

🖊 Alen FAVRO, prèsident du juri

Notre langue savoyarde

Notre langue savoyarde de Jean-François Grivel-Delillaz de l’association La Sêranne

1
Il est bien loin le temps des premiers souvenirs,
Je n’étais qu’un enfant devant son avenir,
J’entends encore mon père dans un autre langage
Il parlait à ma mère et tous ceux du village.
Je ne comprenais pas me demandant pourquoi ?
C’était bien une langue ils l’appelaient patois,
Je n’avais pas le droit de m’exprimer comme ça,
Fallait parler français je n’avais pas le choix !

REF.
Parlons de notre langue pour ne pas l’oublier,
La langue des Savoyards qui l’ont toujours parlée.
Elle offre des trésors à qui sait l’écouter
Sûr’ment bien plus encore à qui sait la parler.
2
T’as quitté les maisons on t’a tourné le dos
Et effacé ton nom pour fermer le rideau.
Tu n’as plus la parole depuis bien des années
Mise dehors de l’école comme une condamnée.
Comme l’arbre que l’on coupe tes racines sont restées
Aujourd’hui les rbiolons ne demandent qu’à pousser.
Pas facile à parler mais facile à comprendre
Au fil des années j’ai fini par t’apprendre !
3
Nous sommes tous du pays de ceux qui l’ont parlé
Nous sommes tous du pays de ceux qui l’ont aimé.
Il nous faut la défendre c’est une combattante, (elle est si attachante)
A tous il faut l’apprendre pour qu’elle reste vivante !
Ce petit grain de vie qui ne veut pas mourir.
Ce petit grain de vie qui ne doit pas mourir !
Parlons le Savoyard notre langue maternelle
Non ce n’est pas trop tard pour nous c’est la plus belle !

🖊 Jean-François D’lile de l’association La Sêranne le 17.06.2021

Billy Fumey, chanteur-compositeur francoprovençal à l’Eurovision des langues régionales

Le 13 mai 2022, dans le village de Tønder dans le sud du Danemark, des chanteur(euse)s de toute l’Europe s’étaient réuni(e)s pour un festival de musique. Non, ce n’était pas l’Eurovision, qui passait à la télévision la même semaine, mais plutôt le Liet International, un festival de chants en langues régionales et minoritaires. L’édition 2022 marqua le dixième anniversaire du festival, avec treize participant(e)s chantant en langues différentes, notamment le corse, le sami, le tyrolien du sud, et notre bien aimé francoprovençal (arpitan), parmi d’autres.

Billy Fumey en 2016 (source : Auvé73 pour Wikipédia)

Billy Fumey, compositeur-chanteur franc-comtois, représenta la région de Rhône-Alpes et Franche-Comté cette année tout comme en 2018, en chantant dans son dialecte francoprovençal. Sa chanson, intitulée « U Port Titi », nous parle d’une histoire d’amour qui s’est déroulée à Port Titi sur les rives du lac de Saint-Point (Doubs), au sud de Pontarlier. Selon son interview avec France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Billy s’est toujours inspiré de la beauté de sa région.

Malgré le fait que le Liet International est officiellement une compétition, l’esprit compétitif est mis de côté et un esprit d’amitié prend une place plus importante. Pour Billy Fumey, un esprit compétitif est plus noisif qu’autre chose.

« Je n’aurai ni concurrents ni concurrentes sur scène, j’aurai que des amis. », dit-il dans son interview.

Ce festival exceptionnel a même fait l’objet d’un article du New York Times, un journal proéminant des États-Unis.

The folk musician Billy Fumey strode onstage friday night in the quaint market town in rural Denmark and launched into a intens love song in the endangered language of francoprovençal. As he belted out a lirycal description of hair blowing in the wind – « kma tsékion de tèt frisons da l’oura lèdzira » – few of 500-strong audience had any idea what he was singing about, but it didn’t seem to matter. When the yodeling-heavy track came to an end, the crowd clapped wildly, anyway.

Marshal, A. (14 May 2022). Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest. New York Times.

« Le musicien folk Billy Fumey est monté sur scène vendredi soir dans le bourg pittoresque du Danemark rural et s’est lancé dans une chanson d’amour intense dans la langue en voie de disparition du francoprovençal. Alors qu’il chantait une description lyrique de cheveux au vent – « kma tsékion de tèt frisons da l’oura lèdzira » – peu de spectateurs parmi les 500 avaient la moindre idée de ce qu’il chantait, mais cela ne semblait pas avoir d’importance . Lorsque la piste chargée de yodel s’est terminée, la foule a quand même applaudi sauvagement. »

Traduction de Billy Fumey. Marshal, A. (14 mai 2022). Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest. New York Times.

Lire plus (en anglais) : Catalan Pop? Corsican Rock? It’s Europe’s Other Song Contest.

Vêr et acutar més :

Billy Fumey chant Port Titi à l’Eurovision des langues régionales

Billy Fumey au Liet International

Billy Fumey – U Port Titi – Folk Franc-Comtois

Na traduccion diens nouthra lengoua:

Lo 12 de mê 2022, diens lo velâr de Tønder, diens lo mijorn du Danemârc, des chantors et chantoses de tota l’Eropa s’étiont amassâs por un festival de musica. Nan, il étêt pas l’Eurovision, que passave a la tèlèvision la méma senanna, mas pletout lo Liet International, un festival de chants en lengoues règionales et minoritères. L’èdicion 2022 marcat adonc lo dixiémo anivèrsèro du festival, avouéc trèze participant(e)s que chantont diens de lengoues difèrentes, coment lo corso, lo samo, lo tirolien du mijorn, et la noutra lengoua: lo francoprovençal (l’arpetan), entre-mié d’ôtres.

Billy Fumey, composior-chantor comtês, representat la règion de Rôno-Ârpes et Franche-Comtât cet’ an tot coment en 2018, en chantent diens son dialècto de lengoua francoprovençâla (arpetana). Sa chançon, qu’at coment titro « U Pôrt Titi », nos prège de na histouère d’âmor que s’est passâye u Pôrt Titi sus les rives du lèc de vers Sent-Pouent (Dubs), u mijorn de Pontarliér.

D’aprés son entrevua avouéc France 3 Borgogne-Franche-Comtât, Billy s’est pués tot-lo-long enspirâ de la biôtât de sa règion.

Mâlgrât lo fêt que lo Liet Entèrnacionâl est oficièlament na compèticion, l’èsprit compètitif ‘l est betâ de cârro et un èsprit d’amitiât prend pués na place més importanta. Por Billy Fumey, un èsprit compètitif est més nouèsif qu’ôtra chousa.

« J’aré pouent de rivâls ou de rivâles sus scèna, j’aré solament des amis. », desêt-il diens son entrevua.

🖊 Jonathan DAMARY

Le « monchû » fait son entrée dans le dictionnaire

Le dictionnaire Larousse a dévoilé la liste des 150 nouveaux mots qui intégreront son édition 2023.

Un mot a attiré l’attention: il s’agit de « monchû ». Selon le dictionnaire Larousse il signifie « vacancier en quête d’air pur (Parisien), qui séjourne dans les Alpes et dont on raille souvent la maladresse, l’accoutrement, voire la méconnaissance des usages locaux ».

Nous sommes heureux de voir que le savoyard influence la langue française.

Le présentateur savoyard Yann Barthes présente le mot « Monchu » aux spectateurs.

L’Institut de la Langue Savoyarde (ILS) souhaite répondre aux différents articles de presse à ce sujet:

Une citation lue sur les sites internet de France 3, Le Messager, Le Point, Radio Mont-Blanc, etc…

Le mot monchû n’est pas « un mélange de français, d’italien et de patois local » comme certains le prétendent, mais il vient du savoyard, le nom donné aux dialectes de la langue francoprovençale (ou arpitane) parlés en Savoie. Notre langue est une langue latine propre et nous regrettons que certaines plateformes d’information (notamment savoyardes) ne le sachent pas. Le savoyard est aussi localement appelé « patois » par ses locuteurs.

« On voit souvent dans les dictionnaires que les étymologies des mots d’origine savoyarde renvoient au provençal, à l’occitan, à l’ancien français ou au romand. Notre langue est souvent ignorée consciemment ou inconsciemment, malgré le fait que notre langue soit décrite en linguistique depuis 1873 et reconnue par les linguistes du monde entier. » regrette Roger Viret, qui est aussi éditeur d’un dictionnaire français-savoyard.

« L’étymologie est le mot savoyard ‘monsior, dont « monchû » est une prononciation populaire. Ce mot est désormais bien connu aussi dans le français régional, le français tel qu’il est parlé en Savoie. Les personnes qui ne parlent pas savoyard mais qui habitent en Savoie connaissent aussi ce mot. » explique Arnaud Frasse, le président de l’ILS.

« Le sens que donne Larousse n’est pas le sens premier du mot « Monchû ». Le premier sens est à savoir « Monsieur » et s’appliquait lorsqu’on s’adressait à une personne importante, comme le curé par exemple. Parfois, cela s’appliquait aussi aux messieurs des grandes villes qui venaient visiter nos villages en tant que touristes. Pour les personnes qui ne parlent pas notre langue, il semble que ce sens soit désormais prédominant dans la perception populaire. » raconte Marc Bron, professeur de langue savoyarde.

Nous remercions France Bleu Pays de Savoie de nous avoir contactés pour commenter l’actualité.

L’alcool rendrait-il bilingue?

Selon une étude menée par des scientifiques à l’Université de Maastricht (Pays-Bas), de Liverpool (Angleterre), et King’s College (Londres), l’alcool aiderait à mieux parler des langues étrangères.

S’il est établi que la mémoire et la concentration sont des facultés que l’alcool ramollit, on dit souvent à la blague que prendre un verre permet de parler une langue qu’on ne maîtrise pas bien.

Des chercheurs des universités de Liverpool (Angleterre), Maastricht (Pays-Bas) et King’s College (Londres) ont voulu vérifier si cette croyance populaire en était vraiment une ou si, au contraire, elle reposait sur certains fondements. Ils ont donc testé les effets réels de l’alcool sur les capacités langagières de 50 étudiants allemands inscrits en langues à l’Université de Maastricht.

Après leur avoir fait boire, de façon aléatoire, des cocktails contenant ou non de l’alcool, les chercheurs ont demandé aux étudiants de discuter en néerlandais avec l’un d’eux.

Les conversations, enregistrées, ont ensuite été écoutées par deux néerlandophones de souche, qui ne savaient pas quels étudiants avaient consommé de l’alcool. Or, il appert que ceux qui étaient légèrement « sous influence » ont fait preuve d’une meilleure maîtrise du néerlandais, en plus de s’exprimer avec un meilleur accent.

Évidemment, les « cobayes » n’avaient consommé qu’une faible quantité d’alcool (l’équivalent d’environ 460 ml de bière à 5 % pour 70 kg de masse corporelle) ; quiconque écluserait plusieurs bières ou enfilerait trop de shooters risquerait plutôt de ne plus se faire comprendre, y compris dans sa langue maternelle.

Du reste, une chercheuse de l’équipe préfère se montrer prudente avant de sauter aux conclusions, et ce, jusqu’à ce qu’on ait clairement déterminé ce qui explique les résultats observés. Manifestement, l’effet « désinhibant » de l’alcool — le même qui donne à certains le courage de faire des choses qu’ils ne feraient pas à jeun — est peut-être le seul en cause ici.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas demain la veille qu’on baragouinera en savoyard en buvant quelques verres de vin blanc. Mais on sera alors sans doute moins gêné de lancer un « adiô » bien senti à son voisin, attablé dans une taverne du village… Nous allons observer cela dans nos pays de Savoie!

Note: Pour rappel, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et il est important de consommer avec modération.

Wikimédia – Projets participatifs

Deux projets pour notre langue sont en train de naître sur internet. Ce sont des projets participatifs, chacun peut y contribuer.

Le premier est une version arpitane (francoprovençale) du Wiktionnaire qui est un dictionnaire en ligne, et le second est TranslateWiki, un site internet ayant pour but la traduction de différent projet (par exemple le site de Wikipédia, OpenStreetMaps, …). Les deux font partie du projet Wikimédia, auquel fait notamment parti Wikipédia (Vouiquipèdia).


Voici les différentes étapes à suivre si vous souhaitez participer au projet :

Vouiccionéro Arpetan (Wiktionnaire francoprovençal)

  1. Il vous faut d’abord vous créer un profil en cliquant ici.
  2. Ensuite, vous pouvez vous rendre sur la page Wikimedia pour commencer à participer au projet.
  3. Si jamais vous êtes un peu perdu, n’hésiter pas à nous renvoyer un mail ou à lire la page d’aide.
    Enfin, voici la page pour poser vos question.

Présentation de la Vouiquipèdia.

Pour participer au projet Translatewiki

  1. Il vous faut d’abord vous créer un profil sur translatewiki
  2. Choisissez les langues que vous maîtrisez.
  3. Après cela, vous avez une vingtaine de traductions « test » à faire. Celle-ci seront vérifiés pour un membre du Wiki, pour être sûr que vous maîtrisez bien la langue. Celle-ci peut durer quelques jours
  4. Après cela, vous pouvez commencer à traduire vos projet favoris : MediaWiki, Kiwix, Wikimedia Mobile Apps, OpenStreetMaps, etc.
    Nous vous conseillons toutefois de commencer par de petits projets.
  5. Si jamais vous avez besoin d’aide : https://translatewiki.net/wiki/Translating:Index et
    https://translatewiki.net/wiki/FAQ

    Même chose si vous avez des soucis, n’hésiter pas à demander.
    En espérant vous voir nombreux sur ces différents projets.

    Il y a également une petite communauté sur Discord qui travaille sur la création d’articles pour le wikipedia francoprovençal. Nous recherchons de nouveaux contributeurs pour pouvoir nous aider dans notre tâche.

    Vous n’avez pas besoin de connaitre ni Discord ni Wikipédia, nous seront heureux de vous apprendre à contribuer.

    Voici le lien du Discord : https://discord.gg/b5EsfURA26
Ensemble des projets WikiMedia

Vous connaissez ? Jouyoses Pâques !

Cette année Pâques tombe le 18 avril, sur la fin des vacances scolaires. Vous allez le fêter ?
Ceti an Pâques chêt lo diéx-et-huét d’avril, sur la fin des vacances scolères de printemps. Vos alâd lo fétar ? (Apertium adapté)
St’an Pâke tonbe lo dizuit d’avri, à la fin des vakanse skoléra de printin. Allavo1 lo fétâ ? (Dictionnaire Viret)
Çti an, Pâques tombe lo diéx-et-huét d’avril, a la fin des vacances scolères de printemps. Alâd-vos lo fétar ? (ORB)

Oui, on ne rate jamais une année et, regarde, j’ai déjà acheté le chocolat !
Ouè, on rate jamés na anâ et, agouéte, j’é ja achetâ lo checolât ! (Apertium adapté)
Wai, on rate jamé un an pwé, argardo, j’é dézhà fêt inplyêta2 d’chokolà ! (Dictionnaire Viret)
Ouè, on rate jamés un an pués, regârda, j’é dejâ fêt l’empllèta de chocolât. (ORB)

Il y en a beaucoup ! Tu comptes faire un gâteau ?
O y en at brâvament ! Te comptes fâre un gâtél ? (Apertium adapté)
Y ên’ a plyin ! Te kontas fâre un gâtyô ? (Dictionnaire Viret)
Y en at pllen ! Te comptes fâre un gâtiô ? (ORB)

On prépare un goûter pour les enfants et ils iront à la chasse aux œufs. Et toi, tu as prévu quelque chose ?
On prèpare un gôtâ por los enfants et ils iront a la chace ux ôfs. Et tè, t’âs prèvu quârque-ren ? (Apertium adapté)
On prepare un goûtalè por los mossalyon3 pwé ils iront a la chasse uz wà. Et tè, t’âs prèparâ kâkrê ? (Dictionnaire Viret)
On prèpare un gôtalèt por los musselyons, pués ils iront a la chace ux uefs. Et tè, t’âs prèparâ quârque-ren ? (ORB)

Chez moi, on va suivre la tradition et faire comme quand j’étais petit.
Le matin, on ira faire nos pâques et puis on fera peindre des œufs de poule à mes petits-neveux.
Chiéz mè, on vat siuvre la tradicion et fâre coment quand j’éro petit.
Lo matin, on irat fâre noutros pâques et pués on ferat pindre des ôfs de polalye a mos petits(-)nevots.
(Apertium adapté)
Shi mai, on vat suivre la tradichon pwé fâre kmè kan j’étavo ptyou.
Lo matin, on irat fâre noutroz Pâke et pwé on ferat pindre déz wà de polalye a mos ptyou-nèvò. (Dictionnaire Viret)
Chiéz mè, on vat suivre la tradicion pués fâre coment quand j’étâvo petiôt.
Lo matin, on irat fâre noutros pâques et pués on ferat pindre des uefs de polalye a mos petiots-nevots.
(ORB)

Vocabulaire :

1Allavo : dans une question en arpitan savoyard, il  y a une inversion sujet-verbe. Le « vous » est alors collé au verbe. Alâd-vo (allez-vous) devient allavo.
2fêre inplyéta de kâkrê/fâre l’empllète de quarque ren : faire emplette de quelque chose, c’est-à-dire en acheter.
3Mossalyon / messalyon : « enfant à la mine futée, aux yeux pétillant de malice » (src : Dictionnaire R.Viret)
Les œufs en chocolat : los ôfs en checolât / léz wé d’chokolà / los uefs de chocolât
Lapin de Pâques : Lapin de Pâques / Lapin de Pâke / Lapin de Pâques
Les cloches : les clloches / les klyoshe / les clloçhe
Une poule : na genelye / na polalye / na polalye

🖊 Lucas FREDERICH

Assemblée Générale 2022

Institut de la Langue Savoyarde (ILS)
Tenue le SAMEDI 9 AVRIL 2022 à Habère-Lullin


Personnes présentes (9): Marc Bron, Alain Favre, Arnaud Frasse, Magali Gobbert, Odile Lalliard, Aude Meritza-Bozon, Michel Meynet, Roger Viret, Jean-Yves Vonin.
Groupes présents (1): Lou Patoué du Salève (Jean-Yves Vonin).
Procurations (1): Christian Grunz (pour le bureau)


Ouverture de la séance.

Une seule procuration a été reçue. Elle a été écrite par Christian Grunz et le bureau peut représenter sa voix. Le bureau est aujourd’hui représenté par Franck Monod (secrétaire).

Le président de l’Institut de la Langue Savoyarde, Arnaud Frasse, dit s’être trompé et selon les statuts de l’association aucun quorum n’est requis. En conséquence, l’assemblée générale est organisée avec les personnes présentes.

Le président de l’ILS souhaite la bienvenue à tous et explique que le choix a été fait d’organiser l’AG à Habère-Lullin, car c’est là que l’ILS a son siège et sa bibliothèque. Il comprend que cet endroit dans la Vallée verte n’était pas facile d’accès pour tout le monde, mais que notre présence à Habère-Lullin est importante. Il a remercié le maire, qui était présent peu avant l’AG, et la municipalité pour l’accueil.

  1. Rapport moral

Le président présente le rapport moral. Il rappelle que l’AG de l’année dernière a eu lieu par correspondance le 9 avril 2021 et que l’association se compose actuellement de 31 membres (21 en 2020), soit une augmentation de plus de 47%. L’ILS a donc inversé la tendance observée jusqu’à l’année dernière.

L’Assemblée générale 2021 avait élu le Conseil d’administration avec 14 membres qui se sont réunis le 10 avril 2021 (par visioconférence) pour élire un Président (Arnaud Frasse), un Vice-président (Marc Bron), un Secrétaire (Franck Monod), un Secrétaire-adjoint (Pierre Barrioz) et un Trésorier (Roger Viret).

Les 14 membres du CA étant: Pierre Barrioz, Michel Bocquet, Marc Bron, Laurent Damé, Jean Dardier, Alain Favre, Arnaud Frasse, Pierre Grasset, Franck Monod, Odile Lalliard, Régis Vachoux, Éric Verney, Roger Viret et Dominique Vuillerot.
Le CA s’est réuni 9 fois au cours de la session écoulée. A deux reprises (en mai et en janvier) des réunions ont été annulées car trop peu de personnes étaient présentes.

Pour dynamiser le CA et à cause des confinements forcés, le CA de l’ILS a principalement fait des réunions par visioconférence. Cela a plu à la majorité, permettant de limiter les dépenses et le temps de chacun quant aux trajets. Lors de la réunion du 7 octobre, les membres du CA décident de faire désormais les réunions par visioconférence. Cependant le CA a décidé de faire ±3 séances en présentiel afin de maintenir le lien humain.


Après un résumé du conseil d’administration, le président désigne les points suivants:

• Divers médias se sont intéressés à l’Institut de la Langue Savoyarde, comme l’hebdomadaire La Maurienne ou la station de radio RCF Savoie.

• Un membre de l’association (Christophe de Rauville) a indiqué en octobre 2021 qu’il souhaitait créer une commission de toponymie. Par le passé, il a été impliqué dans l’association GeoArp et il est prêt à transmettre son travail à l’ILS. Malheureusement, Christophe a fait savoir au bureau de l’ILS qu’en raison de certains changements dans sa vie, il ne peut plus animer cette commission. La commission de toponymie a donc été mise en sommeil, mais l’ILS espère la faire revivre. En attendant, le bureau souhaite acheter les livres nécessaires pour que les membres intéressés puissent étudier les toponymes de leur propre environnement.

• Le bureau et le CA ont travaillé sur une restructuration de l’ILS, en partie pour répartir les tâches. L’ILS a également élargi et entretenu son réseau. Le président remercie le secrétaire Franck Monod et donne en exemple que grâce à lui les adhérents peuvent facilement payer leur adhésion ou faire des dons en ligne via HelloAsso. Il donne la parole au secrétaire pour commenter cette action.

• Il y a de bonnes idées d’activités, de bonnes initiatives, des newsletters et des ambitions (également abordées dans le point suivant). Le président souligne qu’il est conscient que tout n’est pas parfait, mais le bureau compte sur aussi l’enthousiasme des membres. Les membres actifs du bureau ne peuvent pas tout faire, alors tout membre motivé qui veut nous aider est le bienvenu!

• Le président souligne qu’un certain nombre de membres peuvent encore avoir des livres dans leur garage ou grenier qui appartiennent à l’ILS. Il leur demande de contacter le bureau afin que les livres puissent retourner au siège et être vendus.

• Notre langue a enfin été reconnue par le Ministère de l’Éducation Nationale dans une circulaire parue le jeudi 16 décembre 2021 dans le Bulletin Officiel de l’Education Nationale.

Le président résume que l’ILS a augmenté le nombre de ses membres, que nous avons maintenant une langue reconnue par le ministère de l’Éducation Nationale et que les contacts avec la Région s’améliorent. Bref; le moral est bon et nous nous tournons vers l’avenir pour continuer à travailler sur notre langue.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE le rapport moral.

Questions/remarques: 

🗣 Roger Viret (trésorier) signale que l’ILS comptait 50 membres dans ses premières années.

🗣 Régis Vachoux indique qu’il a du mal à se connecter pour rejoindre les réunions par visioconférence du Conseil d’administration.

↳ Arnaud Frasse informe que le coût d’un microphone et d’une webcam en option n’est pas très élevé, comparé aux frais de déplacement et aux péages.

↳ Franck Monod précise qu’à chaque fois une explication se trouve dans les
convocations pour y participer facilement. C’est également possible avec un simple téléphone fixe. Franck propose également son aide pour que Régis puisse participer la prochaine fois.

↳ Roger Viret est d’accord et raconte ses expériences positives.

🗣 Aude Meritza-Bozon propose de faire des réunions mixtes avec la possibilité de faire en visioconférence et en présentiel, ce qui permet de constituer une solution pour les personnes ayant quelques difficultés avec l’informatique.

🗣 Odile Lalliard précise – concernant la commission de toponymie –  qu’il y a des livres spécialisés dans la Bresse qui peuvent être intéressants.

  1. Rapport d’activité

Le président résume les activités entreprises par l’ILS, par ordre chronologique :

Mars 2021 : 

Le député Paul Molac a proposé une loi relative à la protection et à la promotion des langues régionales. En collaboration avec l’AES et Lou Rbiolon, l’ILS a envoyé une lettre aux députés des deux départements savoyards pour souligner l’importance de cette loi.

Avril 2021: 

Faisant partie des associations savoyardes déjà présentes lors des précédentes manifestations du collectif « Pour que vivent nos langues », l’Institut de la Langue Savoyarde (ILS) était heureux de voir que le jeudi 8 avril 2021, l’Assemblée Nationale avait adopté le projet de loi sur les langues régionales, dite la « Loi Molac » avec 247 « pour » et 76 « contre ». A l’exception de La France Insoumise, tous les groupes parlementaires ont voté majoritairement ou unanimement « Pour ». Parmi les 10 député(e)s venant des Pays de Savoie (Savoie Mont Blanc), voici un résumé :

POUR (4): Vincent Rolland, Emilie Bonnivard, Marion Lenne, Typhanie Degois

CONTRE (2): Frédérique Lardet, Xavier Roseren

ABSTENTION (0)

N’ONT PAS VOTÉ (4) : Patrick Mignola, Martial Saddier, Véronique Riotton, Virginie Duby-Muller

Nous remercions tous les député(e)s qui ont voté en faveur de cette loi et qui ont bien voulu représenter les nombreux citoyens qui sont attachés à notre langue et notre patrimoine linguistique.

Mai 2021:

Jean-Baptiste Martin, également membre du comité scientifique de l’ILS, a publié le livre « La langue francoprovençale: découverte et initiation ». Ce livre montre, entre autres, le résultat du système d’écriture créé par un groupe de travail, qui comprenait Jean-Baptiste Martin, Marc Bron (Vice-président), Christiane Dunoyer (membre comité scientifique), Andrea Rolando et Raphaël Maître. L’ILS a, entre autres, contribué à ce livre, qui contient également des pages sur l’ILS. Ce livre est en vente à l’ILS.

Le 29 mai 2021, l’ILS a participé à la manifestation « Pour que vivent nos langues » à Annecy pour défendre nos langues suite à la censure partielle de la Loi Molac par le conseil constitutionnel et aussi pour porter le savoyard à l’attention du Ministère de l’Éducation Nationale, car notre langue n’était toujours pas reconnue par ce Ministère.

Juin 2021:

Le 7 juin a eu lieu le « Concours Constantin & Desormaux ». Le jury était composé d’Arnaud Frasse (Président Institut de la Langue Savoyarde), Odile Lalliard (Ancienne Présidente des Rbiolon), Christian Favrat (Lou Reclan deu Shablè) et Aude Meritza-Bozon (Présidente « Savouè Ecula 2 »; association de parents d’élèves pour l’enseignement bilingue). Le jury a rendu visite à chaque établissement scolaire et était ravi de voir les élèves parler notre belle langue avec tant d’enthousiasme et de joie!

Pour les écoles maternelles/primaires, nous félicitons la classe de Madame Isabelle Contat (Ecole de La Chapelle Rambaud) qui a remporté le concours. Pour les collèges, ce fut la classe de Monsieur Marc Bron (Collège Jean-Marie Molliet à Boëge) qui a remporté ce prestigieux concours. Nous souhaitons faire mention de l’école d’Excenevex, où le jury fut impressionné par la chanson de la classe de Madame Magali Gobber, à laquelle il décide d’attribuer le « Prix de meilleure chanson ». C’était un grand plaisir de voir les élèves chanter ou parler en savoyard.

Septembre 2021:

La pandémie COVID-19 oblige, la « Fête internationale du Patois » à laquelle nous participions à chaque édition a été reporté pour la date du 24 au 25 septembre 2022 à Porrentruy (Jura suisse).

Octobre 2021:

Une délégation de l’ILS participe à l’AG de la Fédération Lou Rbiolon, qui, avec l’aide de la Région, a été l’un des fondateurs de l’ILS. C’était une belle journée où (par faute de fêtes ou d’événements majeurs en temps de COVID-19) nous avons vu beaucoup de monde.

L’ILS a publié le livre « La vie extraordinaire de Jean-Sébastien – Tome 2 » du président d’honneur de l’ILS et écrivain Pierre Grasset. Il était prévu de faire une présentation et promotion du livre, mais le temps et les ressources manquaient à ce moment.

Alain Favre a été désigné par le CA pour représenter l’ILS au Conseil Scientifique du Rectorat de Grenoble. Ce dernier a tenu une réunion en octobre sur les démarches possibles pour la reconnaissance de notre langue au Ministère de l’Education Nationale., à laquelle Alain Favre a donc assisté.

Novembre 2021:

A l’initiative de l’ILS, les délégations des trois associations (ILS, AES et Rbiolon) se sont réunies à notre siège à Habère-Lullin pour échanger sur le rôle et les perspectives de chacun. C’est pour s’assurer que les associations se complètent et ne font pas les mêmes choses. Cette réunion clarifie également la situation pour les collectivités territoriales, où les associations frappent souvent à la porte pour obtenir un soutien.

Décembre 2021

Comme il vient d’être dit dans le rapport moral, notre langue a été reconnue par le Ministère de l’Education Nationale (dans une circulaire parue le jeudi 16 décembre 2021 dans le Bulletin Officiel de l’Education Nationale). Le président tient à remercier tout particulièrement Marc Bron, qui s’est battu pour ce résultat pendant de nombreuses années. Le président donne la parole à Marc Bron (vice-président), qui résume ses efforts et explique que le travail pour une graphie normalisée était important pour la reconnaissance. Nous sommes heureux d’apprendre que le franco-provençal et le flamand sont désormais tous deux reconnus.

Fin décembre 2021/début janvier 2022

Le président a donné la parole à Alain Favre et Franck Monod, qui ont tous les deux mis beaucoup d’efforts dans la mobilisation des personnes et des groupes pour inclure les langues régionales dans l’enquête publique, qui est influente pour les sujets à inclure pour le prochain contrat de plan État-Région (CPER). Les gens pouvaient donner leur avis entre le 6 décembre 2021 et le 7 janvier 2022. Notre secrétaire Franck Monod a passé de nombreux coups de téléphone et mails pour faire bouger les gens et les groupes. Nous avons pu compter sur des réponses enthousiastes.

Février 2022

A l’initiative de l’ILS, les associations suivantes se sont réunies: Lou Rbiolon, Savouè Ecula 2, l’Association des Enseignants de Savoyard (AES) et l’ILS. Cette réunion s’est tenue à notre siège à Habère-Lullin et a abordé les suites à donner à la reconnaissance de notre langue par le Ministère de l’Education Nationale. Il a été discuté que l’ILS peut jouer un rôle d’appui, mais que c’est surtout l’AES qui s’occupe des affaires qui se déroulent au sein de l’éducation nationale (syndicats, lobbying, rectorat, ministère, etc.). L’ILS soutient l’AES.

Marc Bron propose de célébrer la reconnaissance de notre langue par un événement. Sur une idée de Régis Vachoux, cela se fera dans le cadre de la Foire de la Roche-sur-Foron en mai.

Une délégation de l’ILS a eu un entretien Joël Baud-Grasset concernant la demande de subvention pour relancer le site Francoprovenal.Online. Ce projet ambitieux est porté par Claude Barbier, qui souhaite créer un site internet permettant d’apprendre le francoprovençal savoyard sur Internet. Actuellement, notre demande de subvention d’un montant de 10.000 € auprès du Conseil Savoie-Mont Blanc est en cours de traitement.

Mars 2022

Pour la première séance plénière du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, nous avons contacté tous les présidents des groupes politiques de la Région. Seul le groupe du Centre-Droite nous à répondu. Pour l’instant, nous n’avons pas encore lu sur le CEPR.

Au cours de l’année, l’ILS a également été actif avec sa commission des néologismes. 

Cette commission s’est déjà réunie 3 fois (janvier, février, mars). Le défi pour les membres est de trouver des mots nouveaux ou appropriés pour des objets contemporains. Notre langue n’étant pas exclusivement parlée en Savoie, des membres valdôtains du Centre d’études francoprovençales (CEFP) y participent également et nous espérons également trouver des participants romands. A terme nous espérons pouvoir proposer des glossaires à la communauté linguistique.

Indirectement, la commission contribue au projet Apertium avec ses suggestions de néologismes. Il s’agit d’un moteur de traduction automatique sur le Web, similaire à Google Traduction. Pour ce projet, l’OR-B est utilisé comme graphie, car tout a déjà été saisi dans cette graphie.

Ces derniers mois, l’ILS a envoyé 4 newsletters à ses membres. Nous vous demandons à tous de participer en écrivant un article sur un sujet ou une activité liée à notre langue. Le secrétaire Franck Monod explique le fonctionnement et l’organisation des newsletters.

Par le biais du vice-président Marc Bron, l’ILS a organisé durant l’année des cours de langue savoyarde dans son local au siège à Habère-Lullin.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE le rapport d’activités.

Questions/remarques: 

🗣 Aude Meritza-Bozon demande si le site Francoprovençal.Online, permettra une

certification?
↳ Arnaud Frasse répond que ce n’est pas le cas actuellement, mais que les modules correspondent bien au Cadre européen de référence pour les langues.

🗣  Odile Lalliard demande dans quelle graphie la commission publie-t-elle ses listes de mots?

↳ Arnaud Frasse répond qu’il voit depuis 20 ans principalement deux écritures

utilisées en Savoie: la Graphie de Conflans et l’orthographe référentielle dite « OR-B ». Si les linguistes le demandent, nous pouvons également utiliser l’API.

🗣  Régis Vachoux regrette que le terme “arpitan” apparaisse fréquemment dans les newsletters et souligne que la langue est reconnue comme “francoprovençal”.
↳ Arnaud Frasse rappelle que l’ILS, l’AES et Lou Rbiolon utilisent majoritairement le

terme « savoyard ». Il déclare également qu’il n’a aucune envie de censurer/diviser les

gens et que l’on peut utiliser le terme que chacun préfère pour lui-même. Arnaud

Frasse dit que lui-même aime le terme “Langue(s) d’ouè”, mais que “Arpitan” est certainement le plus populaire et que “Franco(-)provençal” est utilisé dans les documents officiels. Le président est avant tout particulièrement heureux que le sujet lui-même, notre langue, ait été reconnu par le Ministère de l’Education nationale.

↳ Franck Monod ajoute que dans les newsletters le terme “Savoyard” est utilisé, et

que le terme “Arpitan” est rarement utilisé, mais quand c’est le cas, le mot “Francoprovençal” apparaît dans le même article.

  1. Rapport financier

Le président donne la parole au trésorier, Roger Viret, qui présente le rapport sur la situation financière de l’association au cours de l’exercice écoulé.

Le trésorier donne le résultat du compte d’exploitation du 1er janvier au 31 décembre 2021 qui fait apparaître un débit de 3480.17 euros. Cela tient en partie au fait que l’association n’a reçu aucune subvention de la Région pour 2021, car après consultation avec la représentante de la Région, nous avons constaté que les différents services de la Région ne travaillent pas avec les mêmes données, donc la demande a été faite par le président (Arnaud Frasse), mais la confirmation a apparemment été envoyée à l’ancien président, Pierre Grasset (dont la boîte mail est régulièrement pleine). Arnaud Frasse souligne alors que Pierre Grasset ne le savait probablement pas non plus.

De ce fait, nous ne savions pas que nous avions droit à des subventions pour 2021 et l’ILS a donc également dépensé moins que prévu initialement par rapport aux projets pour 2021. Nous demandons donc également des subventions avant 2022 pour pouvoir réaliser les projets votés à partir de 2021.

Roger Viret (trésorier) donne l’information que l’abonnement d’Orange pour le siège a été interrompu depuis mars 2022, car le CA estime que cela entraîne beaucoup de frais pour peu d’utilisation.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE le rapport financier.

Questions/remarques: 

🗣 Aude Meritza-Bozon propose de souscrire un petit abonnement pour un téléphone portable en remplacement de la box Orange.

4. Montant des adhésions

Le président explique que l’association doit également générer lui-même de l’argent pour ses activités et ses projets et que le montant de la cotisation n’a jamais changé depuis la création de l’ILS. Néanmoins, le CA veut alors s’aligner avec d’autres associations quant au montant d’adhésion, où un montant de 15€ à 20€ semble courant.

Le président propose que le montant des adhésions change: 15 euros pour les particuliers, 30 euros pour les groupes et associations. 

Une discussion suit. Roger Viret et Franck Monod pensent qu’un montant de 20 euros est également raisonnable pour les particuliers. Marc Bron estime que le montant peut être maintenu à un niveau bas, afin de pouvoir recruter plus de membres.

Après avoir entendu les deux parties, le président décide de maintenir sa proposition et de procéder au vote.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE la proposition de 15 euros pour les particuliers, 30 euros pour les groupes et associations.

Arnaud Frasse souligne que ce changement prendra effet pour la prochaine AG de 2023.

5. Perspectives et projets

Le président informe l’Assemblée qu’un groupe de travail avait été constitué par le CA qui travaillait sur une feuille de route et le budget prévisionnel pour 2022.

Les projets pour l’année à venir 2022 sont :

  • La création d’un site d’apprentissage Francoprovençal.online
  • Création méthode pédagogique de type Assimil
  • Achat de livres pour la commission toponymique
  • Création de vidéos sur la langue.
  • Aménagement local/bibliothèque

Concernant la publication de livres:

  • Jian a la Guita (Transcription et notes de D.Stich; init. prévu & voté en 2021)
  • Roger Viret : Les mouettes d’Annecy. (init. prévu & voté en 2021) ;
  • Roger Viret : L’ascension du Mont Blanc.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE les projets pour 2022.

Questions/remarques: 

🗣 Aude Meritza-Bozon demande s’il y a aussi un lien avec l’AES pour la création de méthode pédagogique?

↳ Arnaud Frasse répond que ce n’est actuellement pas le cas, mais il peut y avoir une certaine coordination et collaboration avec l’AES.

6. Budget prévisionnel

Le président présente le budget prévisionnel.

Roger Viret note que les frais d’assurance ont été budgétés plus élevés que la réalité car le bureau de l’ILS l’a récemment renégocié. 

Franck Monod et Arnaud Frasse notent en vérifiant la liste que l’adhésion aux Rbiolon est budgétisée, mais que l’idée est aussi de payer le montant dû des années passées.

Ces commentaires ont été notés. Le budget prévisionnel est néanmoins pris comme ligne directrice et soumis au vote.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE le budget prévisionnel.

Questions/remarques: 

🗣 Odile Lalliard demande s’il existe des projets (politiques) auxquels l’ILS peut répondre ?

↳ Arnaud Frasse répond que cela n’a pas été étudié pour le moment, mais si la Région (par exemple) veut faire plus avec/pour la langue, l’ILS regardera s’il peut y contribuer.

↳ Franck Monod répond également que l’ILS doit être attentif à celà.

🗣 Régis Vachoux craint que le Conseil Savoie-Mont Blanc confond l’ILS avec les Rbiolon et que les Rbiolon manquent ainsi une subvention.

↳ Arnaud Frasse pense que le conseiller départemental Joël Baud-Grasset connaît bien nos associations et qu’il ne risque pas de les confondre.

↳ Alain Favre ajoute que les projets ne visent pas les mêmes lignes budgétaires.

7. Renouvellement du CA

Comme indiqué dans l’article 8 des statuts de l’Institut de la Langue Savoyarde: « Le conseil d’administration est composé de cinq à quinze personnes élues pour trois ans. Ses membres sont rééligibles par tiers renouvelable. » Comme chaque année, un tiers des membres du CA sont à renouveler.

Actuellement, le conseil d’administration compte 14 membres, donc 3 personnes sont à renouveler: Michel Bocquet, Jean Dardier et Pierre Grasset. Éric Verney souhaite également arrêter. 

Aude Meritza-Bozon fait acte de candidature. 


Arnaud Frasse souligne que Pierre Grasset sera toujours président d’honneur, bien qu’il ne fasse plus partie du CA. Le président actuel sait que Pierre Grasset nous suit toujours et qu’il nous envoie aussi parfois des encouragements.

Avec ces candidats déclarés, le nouveau CA se composerait alors comme suit: Pierre Barrioz, Marc Bron, Laurent Damé, Alain Favre, Arnaud Frasse, Aude Meritza-Bozon, Franck Monod, Odile Lalliard, Régis Vachoux, Roger Viret, Dominique Vuillerot.

Le Président propose de voter cette composition du Conseil d’administration.

✉ L’unanimité des membres APPROUVE cette composition du Conseil d’administration.

Ce sera à la première réunion du conseil d’administration, fixée le 5 mai 2022, que le CA votera la composition du bureau.

8. Remarques/questions diverses

🗣 Régis Vachoux regrette que l’ILS n’ait pas répondu à la coopération dans la préparation et la mise en place des activités pour la Foire de la Roche-sur-Foron.

↳ Arnaud reconnaît qu’avec la préparation de l’AG de l’ILS, les tâches quotidiennes, ses activités professionnelles (hôtels à Chamonix) et sa vie privée, il a trouvé peu de temps pour s’occuper de la foire pour l’ILS. Arnaud Frasse lui-même est intéressé à venir à la Foire, donc une réaction tardive suivra. Les autres membres peuvent venir également ou bien ils participent déjà par un groupe dont ils sont également membres.

🗣 Marc Bron dit avoir trouvé 2 bénévoles pour la bibliothèque de l’ILS suite à une annonce.

🗣 Odile Lalliard dit que le groupe « Lou Reclan deu Shablé » stoque ses archives à l’ILS et qu’elle s’étonne que l’ILS ait utilisé les photos de ce groupe sur internet.

↳ Marc Bron soupçonne que cela a été fait par des étudiants dans le passé et que les archives devraient être soigneusement examinées et des accords clairs devraient être conclus concernant les archives.

🗣 Roger Viret propose de mettre la dernière version de son dictionnaire sur le site de l’ILS et il informe l’AG qu’il lit des dictons et des proverbes en patois via une chaîne YouTube.

🗣 Roger Viret rappelle au bureau de récupérer les appareils d’enregistrement de l’ancien vice-président Gilles Ducret.

Bone féta de la Savouè !

Nous sommes le 19 février, c’est la fête de la Savoie !
On est lo diéx-et-nôf de fevriér, o est la féta de la Savouè ! (Apertium)
On è lo diz-é-nou de fèvrî, y é la féta d’la Sawé ! (Viret)

Cette date fait référence à l’élévation du Comté de Savoie en Duché, le 19 février 1416.
Ceta dâta fât rèfèrence a l’èlèvacion du Comtât de Savouè en Ducât, lo diéx-et-nôf de fevriér mile quatro cent sèze. (Apertium)
Sta data fât rèfèrinsa a l’élévachon d’lo Komto d’Sawé in Dushî, lo diz-é-nou de fèvrî mil’ katro-sê sèze. (Viret)

Vers l’an mil, le premier comte de Savoie avait étendu son domaine au Chablais, à la Tarentaise, au Viennois et à la Maurienne, faisant du souverain le « Portier des Alpes».
Vers l’an mile, lo premiér comto de Savouè avêt ètendu son doméne u Chablès, a la Tarentèsa, u Viènês et a la Môrièna, fasent du sôveren lo « Portiér des Arpes». (Apertium)
Vè l’an mil’, lo promî komto de Sawé avai étêdu son doméne tan k’à l’o Shablyé, a la Tarantéza, a lo Viènè, é la Moryèna, fazin du sovrin lo « Portî déz Arpe». (Viret)

Le 4e comte, Pierre Ier, fut le premier à porter officiellement le titre de comte de Savoie.
Lo quatriémo comto, Pierro Iér, at étâ lo premiér a portâ oficièlament lo titro de comto de Savoué. (Apertium)
Lo katriyémo konto, Pierro Iér, a étâ lo promî a portâ ofisyèlamê lo titro de konto de Sawé. (Viret)

On raconte que Amédée III ou Amédée V aurait obtenu du pape le droit de porter les armes des Croisés après avoir pris Saint-Jean d’Acre ou Rhodes lors des croisades.
On dit qu’Amèdê le trêsiémo ou Amèdê lo cinquiémo arêt obtenu du pape lo drêt de portâ les ârmes des Crouesiês aprés avêr prês Sant-Jian d’Acre o Rodes pendent les crouesâdes. (Apertium)
On dit k’Amèdê le traijémo o Amèdê lo sinkyémo ariet obtenu dè Pape lo drê de portâ léz ârme dé Krwèjà apré avê prè Sant-Dian d’Acre o Rode pêdê lé krwêzâde. (Viret)

Les armoiries de Chambéry furent ensuite reprises pour le duché de Savoie, avec la devise « custodibus istis » (« à ces gardiens-là »).
Pués après, l’armôrie de Chambèri at étâ reprêse por lo ducât de Savouè, avouéc la devisa « custodibus istis » (« a celos gouârdos- »). (Apertium)
Pwé apré, léz armouryè de Shanbairi an étâ rpréze pè lo Dushî de Sawé, avwé la dviza « custodibus istis » (« a chô gardyin-lé »). (Viret)

En 1416, le comte Amédée VIII de Savoie invita l’empereur Sigismond Ier de Luxembourg à Chambéry après lui avoir prêté de l’argent.
En mile quatro cent sèze, lo comto Amèdê lo houétiémo de Savouè at envitâ l’emperor Sigimond lo Iér de Luxembôrg a Chambèri aprés lui avêr prétâ de l’argent. (Apertium)
In mil’katro-sê sèze, lo konto Amèdé lo hwityémo de Sawé at êvitâ l’inpéreu Sigismond lo premi de Luxsinbor a Shanbèri apré lui avêr prétâ de l’arzhin. (Viret)

Le 19 février 1416, place du château, se tint la cérémonie pour élever Amédée VIII au rang de duc de Savoie, faisant de la Savoie une grande nation européenne.
Lo diéx-et-nôf de fevriér mile quatro cent sèze, place du châtél, s’est tenue la ceremonie por èlevâ Amèdê le houétiémo u reng de duc de Savouè, fasent de la Savouè na granta nacion eropèèna. (Apertium)
Lo diz-é-nou de fèvrî mil’katro-sê sèze, plyafa du shâté, s’è tenua la sèrémoni por élvâ Amèdé lo hwityémo u ran de du de Sawé, fazint d’la Sawé na granta nachon eûropéin-na. (Viret)

Le 7 novembre 1434, Amédée VIII annonça qu’il abdiquait en faveur de son fils Louis pour se retirer en ermite, mais il fut élu pape en 1439 sous le nom de Félix V.
Lo 7 de novembro 1434, Amèdê lo houétiémo at anonciê qu’il abdicâve por lo ben de son fily Louis por sè reteriér en èrmito, mas il at étâ élu pape in 1439 sot lo nom de Fèlix lo cinquiémo. (Apertium)
Lo sà de novêbro mil’katro-sê trêta katro, Amèdê le hwityémo at anonciê qu’il abdicâve por lo faveu’ de son garson Louis por s’artrî in èrmito, ma il at étâ èlu pape in mil’katro-sê trêta nou dzo lo non de Fèlix lo sinkyémo. (Viret)

Félix V finit par se réconcilier avec le pape Nicolas V, qui le nomma cardinal et évêque de Genève.
Fèlix V at feni per sè reconciliyér avouéc lo pape Nicolas V, que l’at nomâ cardenâl et èvèque de Geneva. (Apertium)
Finalamen, Fèlix lo sinkyémo s’è rabibosha avwé lo pape Nikolâ lo sinkyèmo, que l’at nomâ kardinalo é èvéko de Zhènèva. (Viret)

Au début des années 70, le Cercle de l’Annonciade milita pour que le 19 février devienne la fête nationale de Savoie.
U comencement des ans 70, lo Cèrcllo de l’Anonciâda* at militâ por que lo diéx-et-nôf de fevriér vegnesse la féta nacionâla de Savouè. (Apertium)
U débu dèz an sèptanta, lo Farklyo de
l’Anonsyada* a militâ por que le diz-é-nou de fèvrî vigne la féta nachonâla de Sawé. (Viret)

*Dérivation composée de anonciér + suffixe –âda pour « annonciade »

Aujourd’hui, on célèbre encore la fête de la Savoie avec un gâteau spécialement créé : le Ducal.
Houé, on cèlèbre adés la féta de la Savouè avoué un gâtél spècialament crèâ : lo Ducal. (Apertium)
Hwai, on sélèbre adè la féta de la Sawé avwé on gâtyô spéchalamê crèâ : lo Ducal. (Viret)

🖊 Lucas FREDERICH

Crédit : Chef à la maison

Page 1 of 5